Agroécologie

Agroécologie : la Tunisie candidate au prix “Future Policy Award”

Le World Future Council (Conseil pour l’avenir du monde) a donné le coup d’envoi cette année au plus grand concours mondial sur la défense et le développement de l’agroécologie. « Les premiers retours nous ont surpris », explique sur son site Internet l’organisation écologiste créée en 2004 par l’écrivain et militant suédois Jakob von Uexkull. En effet, 20 000 experts du monde entier ont été contactés pour désigner les politiques les plus exemplaires, pressenties pour remporter le prix « Future Policy Award » de l’organisation. Celle-ci a donc été invitée à évaluer 51 politiques de 25 pays de tous les continents qui sont censées faire progresser l’agriculture durable et les systèmes alimentaires. Parmi les 51 initiatives politiques qui ont retenu l’attention des experts figure celle que la Tunisie a mise en place en adoptant en 1999 une loi qui concerne la défense de l’agriculture biologique.

Récompenser les initiatives qui contribuent à la protection de l’environnement et des petits producteurs

Le prix « Future Policy Award » de cette année se concentrera sur les politiques d’extension de l’agroécologie. Il s’agit selon l’organisation des politiques qui contribuent à la protection de la vie et des moyens de subsistance des petits producteurs alimentaires, garantissent la mise en place de systèmes de production alimentaire durables et mettent en œuvre des pratiques agricoles rentrant dans le cadre de la résilience climatique.

La voie à suivre pour identifier les politiques les plus exemplaires est assez complexe et implique un certain nombre d’étapes. Tout d’abord, un appel à candidatures est diffusé par des experts mondiaux d’organisations de défense du développement durable. Ensuite, ces derniers procèdent à une collecte de nominations. Enfin, une équipe d’évaluation examine, discute et évalue toutes les politiques désignées.

« Notre appel à candidatures a été diffusé par plus de 20 000 experts d’organisations intergouvernementales, d’organisations à but non lucratif, d’universités et d’instituts de recherche, d’organismes gouvernementaux, de banques de développement et d’autres organisations actives dans ce domaine”, explique l’équipe organisatrice du Prix. Au total, l’équipe a reçu 51 projets politiques de 25 pays et de tous les continents. Six projets d’inscription sont provenus d’Afrique, douze d’Asie, neuf d’Europe, vingt d’Amérique latine, un d’Amérique du Nord et trois d’internationaux.

Les 51 projets de politique agroécologique proposés pour le Prix reflètent un large éventail d’approches législatives et politiques abordant différents aspects du thème de l’agroécologie, allant du soutien à la production biologique et agroécologique à des politiques alimentaires globales axées sur la production, la transformation, la distribution, la consommation et la gestion des déchets.

Les prochaines étapes

Le jury cette année sera composé de neuf experts, parmi lesquels des représentants d’organisations partenaires dont la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movements), le CDIDD (Centre de droit international du développement durable, Demeter International (plus grande organisation de certification biologique) ou encore l’Alliance mondiale pour l’avenir de l’alimentation. Une médaille d’or, deux d’argent, trois « Mentions honorables » et un « Vision Award » seront décernés au cours de la cérémonie qui sera tenue à l’occasion de la Semaine mondiale de l’alimentation en octobre 2018 au siège de la FAO à Rome. « Nous attendons beaucoup de cette fête pour honorer les plus exemplaires des volontés politiques » allant dans le sens de l’idéal du développement durable, expliquent encore les organisateurs sur le portail du World Future Council.

 

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer