Epidémie

Epidémie de choléra en Algérie : la Tunisie suit la situation de près

L’épidémie de choléra qui sévit en Algérie a fait deux morts depuis début août. Dénonçant une « gestion chaotique » de la crise, les médias algériens ont déploré le « silence assourdissant du gouvernement » face à l’expansion inquiétante de l’épidémie, dont l’annonce a été jugée trop tardive.

Plusieurs journaux ont en effet fait savoir qu’il aura fallu presque deux semaines aux autorités pour annoncer la résurgence du choléra en Algérie, où aucun cas n’avait été signalé depuis 1996 et où la dernière épidémie d’ampleur remonte à 1986. Selon le dernier bilan officiel, dimanche, le diagnostic du choléra a été confirmé chez 49 malades, dont deux sont décédés. Alors que des dizaines de patients souffrant de diarrhées aiguës étaient hospitalisés depuis le 7 août dans plusieurs régions, le ministère de la Santé et l’Institut Pasteur n’ont admis la responsabilité du vibrion du choléra que le 23 août.

Les journaux algériens fustigent l’inaction du gouvernement

« Il paraît clair que les autorités étaient au courant bien avant cette déclaration », affirme le quotidien francophone Liberté, affirmant être en possession d’une note de huit pages du ministère de la Santé, datée du 22 août et alertant les autorités préfectorales et les structures de santé sur la maladie. Le quotidien estime ainsi que « le silence assourdissant du gouvernement, au moment où la psychose a gagné les Algériens, reste inexplicable voire inexcusable ».

Le média en ligne TSA indique pour sa part, source médicale à l’appui, que « l’Institut Pasteur et le ministère de la Santé étaient au courant de la nature de la maladie au moins dès le lundi 20 août ».

Décrié pour son silence depuis le début de la crise, le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui a répondu dimanche aux accusations de la presse après avoir visité un des deux hôpitaux où sont regroupés des malades. « On ne peut pas annoncer la maladie avant le diagnostic positif, on était dans un cadre de suspicion. Dès qu’on a eu la confirmation on l’a dit », a-t-il expliqué, assurant que son ministère était « actif depuis le premier jour pour mettre en place une stratégie ».

Les internautes réagissent

Sur les réseaux sociaux, des internautes en colère déplorent qu’aucune campagne publique de prévention n’ait été lancée, soulignant qu’aucune rubrique n’est dédiée à l’épidémie de choléra sur le site Web du ministère de la Santé. Certains se plaignent des récurrentes pénuries d’eau alors que les autorités sanitaires appellent la population à se laver les mains plusieurs fois par jour.

La situation suivie de près en Tunisie

Sur Mosaïque FM, le directeur de la protection de la santé et de l’environnement au sein du ministère de la Santé, Mohamed Rabhi, a indiqué dimanche 26 août que les autorités tunisiennes suivaient de près l’évolution de la situation de l’épidémie de choléra en Algérie. « Le ministère de la Santé est en train de suivre la situation de près », a-t-il expliqué, mettant toutefois en garde contre le risque de propagation de l’épidémie en Tunisie que présentent les échanges de touristes entre les deux pays. « Les autorités surveillent minutieusement l’état des eaux tunisiennes et une cellule spéciale de crise a été créée pour suivre l’évolution de la situation. »

Le ministre a appelé la population à éviter de consommer de l’eau provenant de sources non certifiées, à ne pas acheter de bouteilles d’eau auprès de vendeurs ambulants et à procéder à un lavage minutieux des fruits et légumes.

A tous les organismes concernés par la nécessité d’adopter des mesures préventives, comme l’ONAS, le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Equipement, ou encore la SONEDE, le ministre a demandé d’accroître le contrôle de l’application des mesures d’hygiène, notamment pour ce qui concerne la gestion des déchets. Enfin, M. Rabhi a affirmé qu’un programme de prévention a été mis en place dans les régions frontalières. Celui-ci prévoyant notamment un « contrôle des bactéries présentes dans les eaux ».

Avec Agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer