Faudrait – il concocter un nouveau Plan Marshall pour sauver la Tunisie ?

Dans ma récente réflexion intitulée  » Où va la Tunisie ?  » , j’avais évoqué l’endettement abyssal dans lequel ėtait plongé notre pays ! J’avais alors comparé notre situation actuelle à celle qui prévalait en 1881 et qui avait entraîné l’installation du  » protectorat  » français !
Mais à part ce triste épisode de notre histoire que nous avons dû subir jusqu’au 20 Mars 1956, cela a ravivé à mon esprit les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale où vainqueurs et vaincus en Europe se sont retrouvés pratiquement ruinés et détruits !
Il a fallu que les États – Unis d’Amérique , dont leur intervention aux côtés des alliés avait été déterminante pour la victoire contre l’Allemagne, l’Italie et le Japon , mettent sur pied le Plan Marshall pour sauver l’Europe Occidentale d’une déroute économique et financière certaine et totale !
Revenons au Plan Marshall lui – même et au cadre précis de sa création !
Il est annoncé par le Secrétaire d’État George Marshall, le 5 Juin 1947, à l’Université Harvard alors que
celle – ci lui décernait un Doctorat Honoris Causa .
Grâce à son talent de haut visionnaire, le Secrétaire d’État Marshall  » faisait d’une seule pierre plusieurs coups  » ! Ainsi :
– Les États – Unis d’Amérique faisaient preuve de magnanimité et sauvaient leurs alliés d’Europe Occidentale, et même leurs anciens ennemis communs , l’Allemagne et l’Italie , d’une ruine et d’une faillite quasi certaines !
– Les États – Unis d’Amérique, par l’entremise du Plan Marshall, préviennent l’accession au pouvoir des partis communistes en Europe de l’Ouest . En effet, les américains redoutaient que la pauvreté de l’Europe  » fasse le lit  » du discours communiste ! Les partis communistes français et italien remportaient alors des succès électoraux !
– Le Plan Marshall permet d’ouvrir de précieux débouchés à l’étranger pour les produits américains financés par des prêts remboursables en dollars ! Ces prêts sont émis à travers la Banque Mondiale et contrôlés par le Fonds Monétaire international ( FMI ) , institutions toutes deux dominées par les États – Unis d’Amérique ! En effet, les crédits accordés par les USA étaient assortis de la nécessaire condition , aux pays bénéficiaires , de s’approvisionner en biens et services provenant des États – Unis d’Amérique !
– Les États – Unis d’Amérique imposaient également, par le truchement du Plan Marshall, leur système de libéralisation économique (  » libre – marché  » ) , en opposition totale avec le système communiste d’économie dirigée !
Par le Plan Marshall, les USA s’attribuaient donc le meilleur rôle et s’assuraient d’être gagnants sur toute la ligne !
La France et la Grande – Bretagne furent tout d’abord très réticents envers le Plan Marshall, arguant que l’Allemagne , coupable d’avoir unilatéralement initié la guerre, devait absolument et exclusivement payer les nécessaires réparations et dommages ! Ce à quoi les américains rétorquèrent que c’était justement cette  » même erreur  » de faire porter tout le poids de la défaite par l’Allemagne , à l’issue de la Première Guerre Mondiale , qui avait créé chez les citoyens allemands un sentiment d’injustice et d’humiliation ainsi qu’une envie de revanche qui les ont fait facilement pencher en faveur du nazisme et d’Hitler !
Même au sein du Congrès américain, l’aile républicaine, qui prône une politique isolationniste, critique le Plan Marshall , lui reprochant d’occasionner d’énormes dépenses à l’étranger !
Cependant, l’opposition de la France, de la Grande – Bretagne et du Congrès américain s’estompe à la suite du basculement de la Tchécoslovaquie dans l’aire d’influence soviétique après les évènements du  » Coup de Prague  » !
Le Président américain Harry S. Truman signe officiellement le Plan Marshall le 3 Avril 1948.
C’est ainsi qu’entre 1947 et 1951, les États – Unis d’Amérique consacrent 16,5 milliards de dollars à la reconstruction de 23 pays européens ! Les exportations américaines vers l’Europe Occidentale concernent surtout les produits industriels ( machines agricoles motorisées , outillage, charbon ) suivis par des produits agricoles ( blé, maïs hybride, tabac ) .
Le Plan Marshall a, bien sûr, été rejeté par l’Union Soviétique et les pays du futur Bloc de l’Est ! En effet, Staline craignait que le Plan Marshall ne serve à l’Occident de conquérir le
 » tampon de sécurité communiste  » que l’URSS avait
 » aménagé  » pour délimiter la frontière entre les deux blocs adverses !
Grâce à l’application du Plan Marshall, entre 1948 et 1951, le PNB de l’Europe de l’Ouest a fait un bond de 32% , la production agricole a augmenté de 11% et la production industrielle d’environ 40% !
Revenons maintenant à la Tunisie ! Il ne faut point être sorcier pour s’apercevoir que notre pays est tout bonnement au bord de la faillite financière !
Ceci est essentiellement dû à la grave instabilité politique qui règne dans le pays, les politiciens se singularisant par un égoisme démesuré qui les pousse à penser à leurs intérêts personnels plutôt qu’à ceux de la Tunisie !
Devant cette piteuse situation, il est fort peu probable, sauf par un miracle des plus surprenants ( dont je serais le premier à m’en réjouir ) , que la Tunisie puisse se sauver d’elle – même, compte tenu de l’énorme endettement extérieur où elle s’est malheureusement enlisée !
Il serait, à mon humble avis, alors approprié de solliciter l’application d’un nouveau Plan Marshall en notre faveur pour apporter une solution définitive et sûre à notre épineux problème !
Il n’y a pas de raison qu’un tel plan qui a fait ses preuves et qui a réussi pleinement à la suite d’une terrible guerre mondiale qui avait ruiné ( dans le plein sens du terme ) la majeure partie de l’Europe ne puisse être appliqué à la Tunisie !
Vous me diriez probablement qu’il faudrait qu’une grande puissance soit disposée à en faire l’offre à la Tunisie !
Pourquoi les États – Unis d’Amérique qui ont déjà cette expérience à leur actif ( et qui s’en enorgueillissent ) et avec lesquels nous entretenons depuis toujours d’excellentes relations, ne se porteraient – ils pas volontaires à nous assister dans le cadre d’un nouveau Plan Marshall ?
Vous me demanderiez alors quel intérêt auraient les États- Unis d’Amérique à proposer un nouveau Plan Marshall à la Tunisie ( comme c’était effectivement le cas quand ils sont venus à l’aide de l’Europe Occidentale après la Seconde Guerre Mondiale ) ?
À cette question, je répondrais que la Tunisie, malgré sa modeste superficie et la rareté de ses ressources naturelles, possède, du point de vue géopolitique, une position stratégique fort importante qui a, de tout temps, intéressé
( et intéressera toujours ) les grandes puissances !
En effet, l’atout de taille en faveur de la Tunisie est que toute solution définitive des problèmes actuels ( et éventuels ) dans sa région doivent nécessairement passer par elle !
L’histoire ancienne et moderne a amplement montré que toute tentative de solution , par quelque moyen que ce soit, occultant la Tunisie, n’a aucune chance de faire long feu !
Car,qu’on le veuille ou non, compte tenu de la diversité des régimes dans les pays voisins de la Tunisie, celle – ci est la seule en mesure de jouer le rôle de  » modérateur  » et d’assurer l’équilibre aussi bien dans la région du Grand Maghreb que celle du Sud de la Méditerranée ! Notre civilisation ancienne, notre éducation politique et nos traditions diplomatiques ont fait que ce rôle nous est dévolu et qu’il est de notre devoir, à nous tous, de le conserver !
Ainsi, malgré les soubresauts que nous connaissons actuellement ( et qui devront, tôt ou tard, disparaître par la volonté de la véritable majorité ) , la Tunisie est le seul pays, dans la région, capable de contribuer efficacement aux luttes contre le terrorisme et contre l’extrémisme religieux !
Mais pour jouer quasi parfaitement ce très précieux rôle ,il faudrait qu’une condition préalable soit satisfaite, à savoir que la Tunisie jouisse d’une stabilité sociale, politique, économique et financière !
Et c’est là justement qu’un nouveau Plan Marshall peut intervenir et avoir toutes les chances de succès !
Toutes les raisons que je viens d’énumérer,ne sont – elles pas suffisantes pour convaincre les États – Unis d’Amérique à proposer un Plan Marshall à la Tunisie ? Ils l’avaient pourtant bien accordé à l’Europe Occidentale pour des raisons pratiquement similaires !
L’on pourrait encore me répliquer que si les États – Unis d’Amérique acceptaient de proposer un nouveau Plan Marshall pour la reconstruction de la Tunisie, ils pourraient l’assortir de conditions draconiennes qui pourraient porter préjudice aux attributs d’indépendance et de souveraineté de notre pays ! Là, je rétorquerais alors qu’il revient justement à nos valeureux diplomates et aux plus haut dirigeants de notre pays de savoir négocier judicieusement un tel Plan avec les États – Unis d’Amérique de façon à sauvegarder l’indépendance et la souveraineté de notre chère Tunisie !
Après tout, je suis sûr que ce ne sera point la première fois que des hauts responsables tunisiens devront négocier un Plan de cette extrême importance avec d’autres pays,
fussent – ils les États – Unis d’Amérique, et tenter de trouver avec eux un compromis acceptable aux deux parties !
Par ailleurs, si jamais les États – Unis d’Amérique n’étaient pas du tout intéressés, pourquoi ne pas essayer avec l’Union Européenne dont la proximité et les relations exemplaires avec elle ( et les pays qui la composent ) , dans tous les domaines, pourraient se révéler déterminantes !
Bien sûr, les raisons évoquées précédemment pour un éventuel Plan Marshall entre les États – Unis d’Amérique et la Tunisie demeurent valables pour le même Plan entre l’Union Européenne et notre pays ! Il reviendra, encore une fois, à nos diplomates et hauts dirigeants , de mener à bien une telle
 » entreprise  » !

– MOHAMED MEDDAH –
( ancien diplomate )

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer