PME tunisiennes
ZOUBEIR SOUISSI / REUTERS

Habib Dabbabi : «50% des PME tunisiennes sont en difficulté»

Lors de sa participation à un forum organisé par la section régionale de Sfax, de l’Institut arabe des chefs d’entreprise (IACE), Habib Dabbabi, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie et des PME a déclaré que 50% des PME tunisiennes étaient en difficulté.

« En 2018, une ligne de financement de 400 millions de dinars a été lancée pour soutenir les entreprises souffrant de difficultés financières, dont le nombre s’élève à plus de 600 PME » a souligné le secrétaire d’Etat, expliquant au passage, que cette ligne de financement permettait aux entreprises concernées l’accès aux nouvelles technologies, au financement et aux nouveaux marchés, pour moderniser leurs activités. Une bouffée d’oxygène qui leur permettrait de franchir le cap et sortir de la crise.

M.Dabbabi a fait savoir que le ministère de l’Industrie et des PME a pris d’autres mesures visant à coordonner l’action des différentes structures de soutien à l’investissement, à travers une Commission de soutien à l’investissement dans les régions qui regroupe toutes les parties prenantes et qui se réunit régulièrement, pour traiter les situations des entreprises en difficulté.

« Il a fait savoir que l’orientation retenue par l’Etat, consiste à favoriser la formule du financement participatif pour atténuer les risques auxquels font face les entreprises et donner toutes les chances de réussite aux investissements » a-t-il martelé

Anouar Triki, président de l’Union régionale de l’industrie, du commerce et de lartisanat de Sfax, a quant à lui, mis en avant l’importance de mettre en place des mesures préventives, en luttant contre la contrebande et en évitant d’alourdir les charges sociales et fiscales des entreprises.

Selon Mohamed Salah Frad , président de l’Association tunisienne des investisseurs en capital (ATIC), 10 mille sociétés tunisiennes souffriraient de  difficultés financières.

En effet,  une enquête dévoilée en juillet 2018 fait état de 54% des PME tunisiennes actives dans le secteur de l’industrie, dénonçait une fiscalité trop étouffante pour  leur développement.

« Près de 88% de parmi elles estiment que la nouvelle loi sur l’investissement n’a pas changé grand-chose pour l’écosystème entrepreneurial ni amélioré le climat des affaires en Tunisie » toujours selon la même enquête.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer