économie mondiale

L’Arabie saoudite peut-elle causer des dommages à l’économie mondiale ?

L’Arabie saoudite jouit d’une position mondiale privilégiée tant sur le plan géopolitique qu’économique et aura une carte puissante à jouer si les tensions en cours avec les Etats-Unis et l’Occident s’aggravent, tensions provoquées par un échange de menaces et l’avertissement saoudien rapporté dimanche de représailles si des sanctions contre le royaume étaient mises en œuvre en réponse à l’affaire de la disparition de M. Khashoggi.

Ses vastes réserves de pétrole – le royaume sunnite estime être en possession d’environ 260 milliards de barils à extraire – constituent l’avantage le plus évident. Le royaume est le premier exportateur mondial de pétrole, pompant ou expédiant environ sept millions de barils par jour, donnant ainsi à Riyadh un poids considérable dans l’économie mondiale grâce à son pouvoir de relèvement des prix.

Un éditorial d’Arab News, de Turki Aldhakhil, directeur général de la chaîne d’informations saoudienne officielle, Al Arabiya, offre un aperçu de ce qui pourrait se produire si le contexte actuel de tensions se perpétuait. Il explique que Riyad pourrait envisager trente mesures destinées à faire pression sur les Etats-Unis s’ils devaient imposer des sanctions en réponse à la disparition et au meurtre présumé de Jamal Khashoggi dans le consulat d’Istanbul. Ces mesures incluraient une réduction de la production de pétrole qui pourrait faire passer les prix d’environ 80 dollars le baril à plus de 400 dollars, soit plus du double du record de 147,27 dollars atteint en 2008. « Cela aurait des conséquences profondes au niveau mondial, non seulement parce que les automobilistes paieraient davantage pour l’essence, mais parce que cela augmenterait le coût de tous les biens qui transitent par la route », explique le Guardian.

https://twitter.com/TurkiAldakhil/status/1051556608893997056

De l’Arabie saoudite dépendent également des milliers d’emplois aux Etats-Unis via ses achats d’armes. Elle est le deuxième plus grand importateur mondial d’armes après l’Inde et 61% de ses importations proviennent des Etats-Unis. Riyad était le plus gros client sur le marché des armes des Etats-Unis l’an dernier, signant 17,5 milliards de dollars de transactions, tendance qui devrait se poursuivre après la signature par Donald Trump d’un accord de vente d’armements de 110 milliards de dollars à Riyad l’année dernière, précise encore le journal britannique. L’alliance entre les deux pays profitera à des géants américains tels que Lockheed Martin, Boeing, General Electric et ExxonMobil. Et certaines entreprises auraient déjà exprimé leurs inquiétudes au président américain, évoquant l’impact éventuel d’un gel des relations économiques américano-saoudiennes. Car Riyad pourrait s’adresser à d’autres grands exportateurs d’armes, tels que la Russie et la Chine.
Le voyage de Trump dans la péninsule arabique l’année dernière a également permis de conclure que le Fonds d’investissement public (FIP) du royaume, qui gère sa vaste richesse pétrolière, investirait dans des programmes d’infrastructure américains.

Seth Frantzman, spécialiste du Moyen-Orient et journaliste au Jerusalem Post, a expliqué au média britannique que l’importance du royaume pour la stratégie américaine dans le Golfe, notamment parce que celui-ci représente un rempart contre l’Iran, lui donnait une grande influence. « Le gouvernement américain actuel se montre d’une extrême sévérité envers l’Iran. Par conséquent, les Etats-Unis sont plus liés à l’Arabie saoudite que les années précédentes », a-t-il déclaré. Par ailleurs, explique-t-il encore, les Saoudiens sont probablement convaincus que leur économie est sur une lancée gagnante et que s’ils devaient pâtir de sanctions américaines et occidentales, « ce qui est déjà le cas en matière d’image », celles-ci seraient compensées par le fait qu’ils parviendront facilement à trouver d’autres marchés étrangers.

L’Arabie saoudite a cependant beaucoup à perdre, estime le Guardian, les investissements étrangers représentant un élément fondamental pour la réussite de son plan visant à diversifier son économie et à faire face à un taux de chômage élevé de près de 13%. « Le marché boursier saoudien a plongé de près de 7% par crainte des conséquences de la menace de représailles du pays à l’encontre des Etats-Unis. Un certain nombre de personnalités bien connues dans le milieu des affaires se sont d’ailleurs déjà retirées d’une conférence sur l’investissement qui se tiendra ce mois-ci, le fameux ‘Davos du Désert’. Parmi eux, Dara Khosrowshahi, directrice générale d’Uber, et Bob Bakish, patron du géant américain des médias, Viacom. Richard Branson a lui suspendu les discussions avec le gouvernement saoudien liées au projet de tourisme spatial Virgin Galactic », souligne encore le Guardian.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer