Le Chemin d’Abraham (1/2)

ABRAHAM’S PATH
Le Chemin d’Abraham
مســـار إبراهيم

Par Mohamed Béchir Guellouz, diplomate retraité.

Lors de la guerre « TEMPETE DU DESERT », consécutive à l’invasion du Koweit par l’Iraq, le Président Georges Bush père, fit une déclaration chargée de SENS et d’INTENTIONS politiques. La Paix estimait-il ne pourrait être envisagée au Moyen-Orient que par la création d’une FEDERATION D’ETATS qui rassemblerait tous les Etats de la Région, (s’entend bien sur y compris Israël) et l’instauration d’un ORDRE NOUVEAU, basé sur la tolérance, la Concorde, la Coexistence et la Coopération.

L’idée fut entendue et envisagée dans certains milieux. Ses étapes ont été même conçues de manière à préparer « le mental collectif arabe » à l’accepter ménageant les susceptibilités religieuses et sentiments nationalistes quoique largement affaiblis.

Divers milieux s’intéressent à l’idée, de nombreux Fora seront tenus pour en débattre et même concevoir la plateforme de l’action dans ses dimensions les plus variées.

Selon le Docteur HIBA JAMALEDDINE (Egyptienne : Professeur à l’Université du Caire, Faculté d’Economie et Sciences politique et Expert d’Etudes sur Israël au- Future Center for Advanced Research & Studies- à Abu-Dhabi E.A.U) les milieux universitaires aux Etats Unies d’Amérique ont été les plus actifs, pour développer et imaginer des scénaris de réalisation ; les universités de Harvard et de Virginie étaient les plus assidues. William URY, Professeur à Harvard, auteur, anthropologue, expert en Négociation, s’emploiera en effet à la Conception d’un projet dont l’aspect déclaré, était purement Culturel, Touristique et un tant soit peu, de développement économique. Le tout repose sur un socle HISTORIQUE et RELIGIEUX : La Mémoire du Prophète ABRAHAM.

Le Projet est présenté en 2007 dans le cadre du Programme de Négociation dirigé par le Professeur William URY à L’Université de Harvard. Ce projeta suscité un réel intérêt dans les milieux touristiques au point qu’une (Association) Organisation a été créée pour sa promotion- Organisation baptisée « Abraham’s Path », avec un réseau de partenaires mondiaux pour lui donner ainsi une envergure et une publicité aussi large que possible.

En effet l’initiative ne tardera pas à être approuvée par l’Organisation Mondiale du Tourisme et l’Alliance des Civilisations des Nations Unies. Le Professeur URY présente son « Projet »comme : « la reconstitution de l’Itinéraire du voyage(ou déplacement ) d’Abraham » qui intéresse des pèlerins désireux de découvrir des Sites Historiques, ou étudier des aspects culturels et civilisationnels des villes, des régions ou des populations, partant de URL en Chaldée ( que certains supposent URLA aujourd’hui située en Turquie), jusqu’au désert du Naqab/Neguev, sa destination finale.

L’on sait qu’ABRAHAM est supposé avoir vécu à l’Age de Bronze (il y a 4000 ans) et a parcouru la Région du Moyen-Orient (sans détermination précise des lieux) avec sa famille et son troupeau, prêchant sur son chemin La Concorde et la Coexistence entre les populations. D’aucuns estiment que le Professeur URY aurait une vision et des intentions derrière son initiative dont la plus plausible est :- d’établir que l’Histoire du Moyen-Orient a une ORIGINE, et Abraham serait cette Origine – Il faut donc que les Politiques d’Aujourd’hui s’en souviennent et le prennent comme base et référence dans leurs Négociations-(URY n’est-il pas l’auteur du « Getting to Yes »- Partir du Non pour arriver à Oui dans une Négociation. Une méthode qu’il faudrait peut-être appliquer pour arriver à résoudre le conflit du Moyen-Orient, en favorisant la croyance religieuse commune et en cultivant la Concorde et la Coexistence par les Rencontres lors des visites de Sites Historiques rappelant le même origine).

L’itinéraire imaginé par URY et dont la promotion a été vite prise en charge par les « TOURS-OPERATORS » de renommée internationale incluait les sites comme : – URLA, lieu de naissance présumé d’Abraham ;
-HARRAN, lieu de naissance d’Abraham selon la Bible Hébraïque ;
– JERUSALEM, HEBRON, emplacement du Tombeau d’Abraham et de son épouse Sarah selon les Traditions Juives, Chrétiennes et Musulmanes ;
– JERICHO, BEITLEHEM, NAPLOUSE ET LE NEGUEV.

Le circuit « Abraham’s Path » selon son concepteur est dédié donc à :
-1 Initier les visiteurs à l’histoire ancienne de cette région ;
-2 Promouvoir (Booster) le développement économique et social des populations de la Région par un flux continu de touristes ;
-3 Créer un lieu de rencontres et de connexion entre les peuples et ceux de la région ;
-4 Favoriser l’Esprit de Concorde [habituer les sociétés arabes surtout à la présence de l’Etranger] ;
-5 Faire de cet itinéraire un espace créatif, basé sur l’histoire commune, les valeurs communes, les cultures qui se rapprochent dont surtout l’Hospitalité.

Ainsi le Chemin d’ABRAHAM devient-il un outil qui servira la Concrétisation (de manière douce et pacifique) de l’idée du Président George BUSH père, d’autant qu’à mesure qu’elle se développe , cette idée devient la PLATEFORME de soutien à l’établissement de l’ORDRE NOUVEAU , préconisé pour la Région – URY a trouvé le « Catalyseur : l’Histoire- l’Origine qui donne naturellement la prépondérance « ISRAELITE » Chronologiquement pour devenir « SIONISTE et Israéliennes » dans la conjoncture politique aujourd’hui appuyée par l’Etat d’Israël et les tendances américaines clairement formulées par l’ancien Secrétaire d’Etat Hilary Rodman –Clinton et poursuivie par le Président sortant Donald Trump et son Conseiller(et aussi son beau-fils) Jared KUSHNER (principal « courtier – initiateur » de l’Accord d’Abraham du 20 Janvier 2020- vecteur de la NORMALISATION des relations entre Israël et certains Pays Arabes.

A ce niveau du développement il serait indiqué de rappeler que nombreuses voix avisées dénoncent les visées expansionnistes du Projet, comme elles dénoncent « la falsification de certaines données historiques », comme elles réfutent les thèses du Professeur URY sur l’itinéraire d’Abraham et le concept de l’existence d’un territoire mystérieux et sacré en Palestine.

L’on cite parmi ces voix :
-SHLOMO SAND, né en 1945 à Linz(Autriche) qui , dans son livre publié en 2012 et intitulé « Comment la Terre d’Israël fut-elle inventée » :estime que les mots «Terre d’Israël » renferment une part de Mystère dans la mesure ou le concept de « Patrie » n’est pas indiqué dans la Bible & le Talmud. Sand se pose en outre d’autres questions :
 Quels liens existent-ils depuis les origines du Judaïsme entre les Juifs et la Terre d’Israël ?
 Le concept de Patrie se trouve-t-il déjà dans la Bible et le Talmud ?
 Les adeptes de MOISE ont-ils de tout temps aspiré à l’émigration au Moyen-Orient ?
 comment expliquer que les descendants des adeptes de Moise ne souhaiteraient pas y vivre aujourd’hui ?
 Qu’en est-il des habitants non-juifs de cette terre ont-ils ou non le droit d’y vivre ?
 Et à Sand de conclure que « l’histoire n’est pas à une ironie près » !

De leur coté Israel Finkelstein( né à Tel-Aviv 29 Mars 1949 Professeur Emérites en Archéologie ) et Neil Asher Silberman( né à Boston en 1950 ) et aussi professeur en archéologie ayant effectué ensemble de 1970 à l’an 2000 des travaux sur les sites dans tous le territoire de la Palestinehistorique et en Sinaï , ont conclu à la négation d’indices concrets prouvant l’existence d’anciens israélites sur ces sites.

Ils sont même arrivés à une « remise en question de l’historicité » d’une grande part des Récits Bibliques, notamment sur l’origine des anciens israélites », il en est ainsi sur l’existence présumée du Temple de SALOMON ou autres vestiges de l’Age de Bronze comme le prétendent les thèses officielles des Israéliens.

Fadhel Roubaiie, Ecrivain iraquien(né à Baghdad en 1952) converti à la recherche anthropologique et historique depuis son immigration hors de l’Iraq en 1979 s’est attelé depuis aux études de l’Ancien Hébreux , de l’histoire ancienne des pays du croissant fertile et de la péninsule arabique ,et a consacré plus de 20 ans à étudier et analyser minutieusement la rhétorique et la substance des livres saints judaïques à l’aune des anciens vestiges et écrits de la Mésopotamie et du Yémen pour aboutir à l’élaboration d’une thèse qui consiste à ramener la parution de judaïsme et le déroulement de toute l’histoire ancienne des israélites au Yémen et partant de réfuter la narration biblique qui la situe en terre de Palestine.

Fadhel Roubaiie a consigné sa dite thèse notamment dans l’un de ses principaux livres (contenant environ deux mille pages intitulé « La Palestine imaginée ») ; ses travaux se sont axés sur une analyse fondamentale et systématique des récits historiques réels ou imaginés quant à la Terre de Palestine et celle du « Peuple juif /Israël ».

Roubaiie dans son œuvre AVANCE notamment que :
 « la Torah et toute la rhétorique des israéliens et du peuple juif n’a aucune relation prouvée concrètement avec la terre de Palestine et que le fait de lier le judaïsme et la Torah à l’origine de la Palestine est le fruit des efforts assidus de l’école des orientalistes occidentaux( et notamment ceux convaincus de l’exactitude des narrations de la Torah et des livres saints judaïques) qui , à ce effet, se sont attelés à son avis, à exercer des recherches archéologiques dans les pays de l’est de la méditerranée pour bien assoir les dites narrations dans un cadre historique et géographique concret qui les conforte dans leurs convictions religieuses ».

 Que « les Récits Historiques » élaborés par les orientalistes occidentaux comportent des incohérences QUI LUI SONT REVELES à travers une relecture minutieuse de l’histoire ancienne et de la géographie de toute la Région de l’Asie de l’Ouest et la Vallée du Nil, et en effectuant aussi des analyses de nombreuses Epigraphies et vestiges archéologiques en Iraq, en Egypte et au Yémen ; IL affirme dans ce contexte qu’il a découvert au Yémen, des traces et des signes qui concordent aux différents récits anciens Judaïques. Dans ce contexte aussi il n’a pas manqué de soupçonner les chercheurs archéologiques du Mouvement Orientaliste « confiant de la véracité de la rhétorique Théologique Biblique », d’avoir occulté sciemment les données évidentes historiques et géographiques du Yémen au profit d’un acte intentionnel de « réfection complète » de l’histoire de la région de l’Asie de l’Ouest et la Vallée du Nil pour étayer les récits et visions bibliques et hébraïques.

 Que l’histoire ancienne du Yémen donne concrètement les preuves de l’existence du Grand Royaume de SABA (سبأ) qui se composait à l’époque d’environ 83 petits royaumes ou principautés parmi lesquels un dénommé « le Royaume d’Israël » et qui a existé au 7éme siècle avant l’ère chrétienne et fut constitué par une population dominée par des marchands de l’encens et de l’or .Ils exerçaient leur commerce en Mer Rouge et s’appelaient « BENI ISRAEL ».

 L’affirmation sur la base des récits consignés des grands rois de la Mésopotamie(babyloniens, accadiens et assyriens)et d’après la teneur des épigraphies Accadiennes, Assyriennes et Yéménites ; que plusieurs guerres de ces rois ont été menées au Yémen pour exercer leur domination sur le pays de l’encens et de l’or et aussi sur les voies maritimes autour de la péninsule arabique. En tant que preuve à cet effet furent relevés les noms de lieux géographiques, de personnages et de rois et croyances au Yémen qui cadrent avec les Récits sacrés judaïques.

Kamel Souleiman SALIBI, Libanais , né à Beyrouth le 02 Mai 1929 et décédé le 01 septembre 2011Docteur en Histoire et Archéologie ; a publié un livre en 1985 intitulé « La Bible est née en Arabie » et dans lequel il aavancé une thèse qui créa depuis une large polémique ; Salibi y soutient que Jérusalem décrite dans l’Ancien Testament aurait pu se trouver avant l’exil Babylonien (586-537 Av-J) dans la région de Aassir située au sud-ouest de Royaume Saoudite( région faisant parti historiquement du Yémen et qui fut annexée par les Saoudiens au siècle dernier). C’est donc dans cette région située au sud-ouest de l’Arabie que l’historien Libanais prétend que se trouve la Terre Promise à Abraham, et présume que c’était à cet endroit que Moise et Salomon ont vécu et dans lequel était construit aussi un « TEMPLE » à « ALSARIM » (vieille ville de Jérusalem) ; et de conclure que « ce n’est qu’après la libération des Juifs de la captivité Babylonienne » que ces captifs ont immigré vers la terre de Palestine et ou une nouvelle ville de Jérusalem aurait été construite pour remplacer la vielle ville détruite à Aassir.

Salibi fonde sa théorie sur une analyse linguistique des Lieux bibliques, qui d’après lui ont été traduits de manière erronée ; il estime que 80°/° des 700 dénominations de personnages et les descriptions de paysages des lieux dans les récits bibliques coïncident mieux à l’espace de l’Arabie qu’à la géographie de la Palestine.

Youssef Hindi, né au Maroc le 11 Février 1985 (portant la nationalité française suite à l’immigration en France avec sa famille dès l’âge de sa petite enfance en 1990) est chercheur indépendant et historien de l’Eschatologie Messianique qui s’est intéressé en particulier à l’étude des origines des idéologies modernes, de leur évolution et de leur influence sur la géopolitique contemporaine.

Dans son livre en deux volumes intitulé « Islam et Occident » le chercheur précité révèle que les origines du Sionisme remonte au XIIIème siècle et démontre comment est né « le projet du rapatriement du Peuple Juif en Terre Sainte » et ce malgré l’interdiction énoncé par la Torah et le Talmud. IL voit ainsi que le rêve messianique a été conçu pour devenir et s’accomplir à partir du XIXème siècle dans une « théologie-idéologie » : Le Sionisme Politique.

Il demeure cependant toujours présent à l’esprit que depuis la« légitimation »dans le cadre des Nations Unies de l’établissement d’une « entité juive/ israélienne » en Terre de Palestine par le plan de partage décidé en 1947 les pays de l’Occident en général et les Etats Unis d’Amérique en particulier se sont distingués par le soutien indéfectible, politique ,financier et militaire à « l’Etat d’Israël ».L’ampleur et le nombre des recherches menées dans la région , depuis l’installation de cet Etat, dont les substances ébranlent fortement les « certitudes » n’ont eu à ce jour aucun effet tangible sur l’attitude de l’Occident en particulier à l’égard du Peuple Palestinien et ses droits légitimes et inaliénables bafoués des décennies durant.

Le « Plan Messianique du chemin d’Abraham », auquel s’attelle actuellement les Etats Unis d’Amérique, s’insère parfaitement dans sa vision de servir ses intérêts, sur les plans géostratégiques et économiques, qui se fondent d’ailleurs sur des convictions idéologiques néoconservatrices de suprématie et d’hégémonie à l’échelle du globe « Puises dans une essence évangéliste/ judéo-chrétienne » ancrée en Amérique du Nordet aussi en occident. Dans cette même vision Le remodelage de fond en comble de l’ordre géopolitique dans toute la région qui englobe notamment les pays arabes de l’Asie de l’Ouest et d’Afrique du Nord (appelé dans le jargon américain le Grand Moyen Orient), n’a cessé depuis l’écroulement de bloc socialiste, d’être un objectif majeur de la politique et des actions américaines vis-à-vis de ladite région.

La vision suprématiste américaine persistante, reposant sur une hégémonie exercée de facto à l’échelle du globe depuis la Seconde Guerre mondiale, n’a pas manqué d’engendrer plusieurs modes de réflexion et de procédés d’action.
Parmi les modes de réflexion, il conviendrait de citer notamment :
• LA Conviction de la nécessité de l’encerclement/containment des puissances rivales.
• .LE Dogme de Choc des Civilisations.
• LA Considération que l’histoire a atteint sa fin sublime consacrant la primauté des valeurs libérales occidentales élevées au niveau de valeurs universelles.
• Primauté du libéralisme économique et de la globalisation dominée par les U S A.

Parmi les procédés d’action l’on note :
 Alliances occidentales restrictives et hermétiques sur les plans, scientifiques, militaires et sécuritaires.
 Instauration d’une vaste toile de bases militaires installées à travers le monde.
 Guerres intrusives dans plusieurs contrés du globe sous la couverture de protéger le monde occidental démocratique du totalitarisme ou en apparence le maintien de la paix et la sécurité ou la légalité internationale mais concrètement pour servir des intérêts propres (tels qu’au, Vietnam, Afghanistan, l’ ancienne Yougoslavie et l’ Iraq)
 Actions et interventions indirectes de déstabilisation dans divers pays dont les Régimes politiques sont considérés comme hostiles aux intérêts Occidentaux. Ces actions comportent notamment les sanctions économiques, les embargos, l’appui et l’incitation à l’insubordination civile (les mouvements sociaux dénommés printemps de démocraties) et même à l’insurrection armée (tels qu’en, Libye, Syrie, Yémen, Venezuela, Bolivie).
 Soutien dans le monde arabo-musulman des « mouvements extrémistes religieux » et leur usage comme outils pour contenir l’URSS et la Chine ou exercer l’usure à leur encontre (Afghanistan comme exemple).
 L’accommodation depuis 11 septembre 2001 « avec l’éclosion et l’expansion » du phénomène du Terrorisme et du Tekfirisme en Asie et en Afrique particulièrement et même son exploitation le cas échant dans l’objectif soit de causer une usure ou justifier des actes de guerre contre des pays à régimes considérés hostiles (en se basant sur le « crédo du chaos créatif »).
Des plus importantes personnalités au répertoire des Eminences grises américaines distinguées par leurs contributions et apports dans le domaine des concepts et des stratégies d’action l’on peut citer :

 Bernard LEWIS( né à Londres :31/5/1916 mort à NewJersey 19/5/2018).
 Samuel Phillips Huntington(né à New York :18/4/1927mort 24/12/2008).
 Zbigniew Brzinsky (né à Varsovie : 28/3/1928 mort,Virginie 26/5/2017).
 Henri Alfred Kissinger (né :27/5/1923 Furth-Baviere Allemagne).
 Brent Scowcroft (né à Ogden Utah : 19/3/1925mort 06/8/2020).
 Madeleine Korbel Albright (née à Prague 15/5/1937).
 Condoleezza Rice(née en Alabama : 14/7/1954).
 Yoshiro Francis Fukuyama(né à Chicago : 27/10/1952).

Evoluant sur les grands vecteurs consacrés à la politique extérieure américaine, tel que décrite précédemment, les différentes Administrations des EUA se sont accoutumées depuis la chute du mur de Berlin et le Démantèlement du bloc Socialiste à renforcer la prépondérance et l’influence américaine dans les divers continents du globe et notamment autour de la Fédération de Russie et la Chine considérées comme puissances rivales et ce dans l’objectif de les contenir.
Les pays de l’Europe de l’Est de l’Asie centrale ainsi que les pays de l’Asie de l’Ouest et de l’Afrique du Nord ont étés ciblés en priorité pour bien asseoir encore la dominance mondiale américaine.

La guerre d’occupation de l’Iraq au début du 21èmè siècle présentée comme un acte de libération a constitué une forte relance de l’interventionnisme américain visant au remodelage de l’ORDRE REGIONAL dans tout l’espace de l’Asie de l’Ouest et l’Afrique du Nord dont plusieurs pays n’ont pas manqué au bout de quelques années plus tard à connaitre de sérieux remous et d’amples rebellions sociales transformées, dans certains, en insurrections armées et guerres civiles tel qu’en Syrie, Yémen et Libye.

Mohamed Béchir GUELLOUZ

Retrouvez la deuxième partie de cet article ici.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer