Crédit Illustration: Mohamed Hachani

Où va la Tunisie ?

Si l’on observe d’assez près la situation dans laquelle se trouve actuellement la Tunisie, l’on s’apercevra facilement qu’elle est , malheureusement , peu reluisante !
Tous les indicateurs sont négatifs :
– Balance des paiements largement déficitaire !
– Endettement similaire à celui qui avait entraîné l’avènement du  » Protectorat français  » en 1881 ! En effet , si l’on tient compte de tous les critères économiques et financiers , le pays est au bord de la faillite !
– Instabilité sociale puisque l’on sent ouvertement que la majorité des tunisiens sont mécontents, étant donné qu’ils n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires ! La cherté de vie est telle que pour le tunisien, la viande et le poisson se sont carrément transformés en produits de luxe qu’il ne peut  » mirer  » que de loin ! Avec les prix en cours, il doit s’estimer déjà heureux de pouvoir s’approvisionner en légumes et du strict nécessaire pour faire subsister sa famille ! Ajoutez à cela les loyers, les factures d’eau et d’électricité, les frais de scolarité et de transport qui ne cessent d’augmenter ! La  » classe moyenne  » qui faisait jadis la fierté et la force de notre pays s’est considérablement appauvrie et elle n’est pratiquement plus qu’un souvenir !
Conséquence principale :  » Le chaudron social  » bouillonne à plein rendement et gare à  » l’explosion  » si on n’y remédie pas dans les plus brefs délais !
– Cette instabilité sociale n’a fait qu’empirer depuis que les différentes régions du pays, encouragées par certains et craintes par d’autres, n’ont rien trouvé de mieux que de
 » s’approprier  » leurs ressources naturelles ou de les
 » confisquer  » ,exerçant ainsi un honteux chantage et  » un bras de fer  » avec l’État qui semble avoir perdu toute sa dignité et son  » standing  » ! Ces régions et leurs dirigeants  » populaires  » se sont peu souciés que de telles conduites allaient mettre à bas l’économie déjà agonisante du pays et que même s’ils avaient , au fond , raison de revendiquer leurs droits , leur manière et leur timing n’étaient point acceptables ! En outre , ces revendications ne pouvaient ,en fin decompte ,que se retourner contre eux – mêmes puisqu ‘elles privaient le pays de dividendes précieux et utiles à tous , sans exception !D’autre part , le gouvernement ayant commis l’erreur de céder à une des régions, il était clair, bien sûr, que les autres suivent l’exemple !
– La réapparition, de temps à autre, d’actes terroristes qui ne sont point rassurants pour la population déjà fort occupée à courir après  » le pain quotidien  » ! Il est vrai que ces actes sont devenus plus rares mais le fait qu’ils resurgissent , même après une accalmie , n’en dérange pas moins !
–  » La gabégie  » régnant au sein de l’ARP qui ressemble beaucoup plus à une  » écurie  » qu’à un Parlement puisqu’aucun respect n’existe entre ses membres divisés et rongés par un égoisme démesuré ! Ce qui constitue une raison supplémentaire pour laquelle le citoyen tunisien n’est guère rassuré !
– La recrudescence de la migration clandestine , les jeunes ayant perdu tout espoir de trouver du travail dans leur propre pays ! Le fait que l’un de ces migrants ait commis récemment
un terrible acte terroriste à Nice n’a pas du tout arrangé les affaires de notre pays !
– La situation de plus en plus précaire des retraités ( dont je fais partie ) à cause de la détérioration de l’état des caisses sociales ( CNRPS , CNSS et CNAM ) ! À chaque fin de mois, les retraités sont pratiquement menacés de ne pas recevoir leurs pensions ! Alors que normalement, le degré d’avancement des pays du monde est notamment jugé selon le bien – être de leurs séniors !
– Le Président de la République Kais Saïed , qui avait d’abord choisi lui – même Hichem Mechichi comme Chef de Gouvernement , semble s’être , plus tard , récusé , et contraint, plus ou moins , ce dernier à se  » rapprocher  » d’Ennahdha pour se maintenir à son poste ! Cela a, bien sûr, joué en faveur d’Ennahdha mais a encore compliqué les problèmes du pays !
– La crise sanitaire résultant de la pandémie du Corona virus qui, bien qu’étant mondiale, n’a fait qu’empirer la situation dans notre pays !
– Le scandale environnemental des déchets italiens frauduleusement introduits en Tunisie, avec la complicité de
 » responsables  » tunisiens, a eu aussi des incidences fort négatives !
– Les balbutiements de notre politique étrangère et de notre diplomatie qui semblent avoir perdu de leur superbe pour la bonne raison que nous n’avons point , actuellement , dans ce domaine , de personne à poigne qui puisse oser prendre des décisions courageuses et décisives !
Toutes les énumérations précédentes prouvent que tous les voyants de notre pays sont au rouge ! Que faire pour essayer d’y remédier ?
Avant de passer aux éventuelles solutions, voyons un peu comment la Tunisie est  » gouvernée  » actuellement !
Elle est  » indirectement  » gouvernée par Ennahdha ! Cette dernière, avec le soutien de Kalb Tounès et d’El Karama , jouit d’une majorité  » relative  » à l’ARP qui lui sied à merveille puisque si elle ne fait pas d’elle  » le maître absolu  » , elle lui permet néanmoins de bloquer toute décision qui ne lui convienne pas ! Cela lui donne aussi  » le précieux et important argument  » de se dissimuler derrière le fait qu’elle ne tient pas vraiment les commandes du pays puisque les
 » deux têtes  » de l’exécutif n’appartiennent pas à son parti ! Elle détient donc ainsi et cultive le gros avantage de
 » gouverner indirectement  » tout en se dérobant entièrement de la responsabilité que sous – entend cette gouvernance ! De cette façon, Ennahdha a beau jeu puisqu’elle est gagnante sur tous les plans ! L’autre corollaire qui découle automatiquement de cette situation est que tout gouvernement constitué, qu’il soit compétent ou non,est condamné à composer avec Ennahdha ou à partir !
Cela s’était déjà vérifiée depuis 2014 où, bien que le parti Nidaa Tounès avait remporté les élections législatives, il n’avait pu gouverner seul et avait dû pratiquer la politique de
 » tawafak  » avec Ennahdha qui en était bien heureuse
puisqu’aucune décision ne pouvait être prise sans son accord !
Quel est l’important enseignement à tirer de l’expérience datant de 2014 jusqu’à nos jours ? C’est là justement où réside la solution de tous les problèmes de la Tunisie !
Dorénavant, tout parti qui voudra réellement gouverner en Tunisie devra nécessairement réussir à obtenir la majorité absolue à l’ARP ! C’est seulement ainsi que nous pourrons instituer une véritable démocratie dans notre pays car cela consacrera la si chère règle de l’alternance où seul le parti avec la majorité absolue peut vraiment gouverner !
Compte tenu de ce qui précède, le PDL d’Abir Moussi qui semble, selon les sondages, avoir le vent en poupe, ne doit nullement se contenter d’une majorité  » relative  » car il serait alors obligé , qu’il le veuille ou non , de composer avec Ennahdha ! Il devra essayer , à tout prix , d’obtenir une majorité absolue à l’ARP !
À mon avis, cette majorité absolue, il ne pourra l’acquérir que s’il constitue, avec tous les autres partis qui sont contre Ennahdha, un vrai  » Front Commun  » très uni, sincère et solidaire qui se présenterait en bloc aux prochaines élections législatives ! C’est la seule et unique condition pour atteindre la majorité absolue à l’ARP !
Pour cela, il faudra qu’aussi bien le PDL que les autres partis contre Ennahdha mettent du leur et oublient surtout leurs égos respectifs pour s’unir sincèrement autour d’une plateforme électorale commune afin de se présenter en force aux prochaines élections législatives ! Ils n’ont vraiment pas d’autre choix car en se présentant en rangs dispersés comme aux élections de 2019, ils n’auront aucune chance, y compris le PDL malgré son avantage aux sondages actuels ( puisqu’il risque de vivre la même mésaventure que Nidaa Tounès en 2014 ) !
Et ce Front Commun devra être soigneusement préparé et sincère pour pouvoir s’inscrire dans la durée car s’il lui arrivait d’être juste pour la circonstance et éphémère, il aurait , malheureusement , le même sort que Nidaa Tounès !
Il faudra donc se préparer dès maintenant et ne perdre aucun instant ! Il ne faudra surtout pas se dire que 2024, c’est encore loin et que l’on a tout le temps de se préparer ! Se préparer dès maintenant donnera le gros avantage de bâtir des bases communes vraiment solides et inébranlables !
Et il ne faut surtout pas oublier qu’en face, Ennahdha et ses alliés ont plus d’un tour dans leur sac ! Ils l’ont déjà démontré à plusieurs reprises en nous surprenant à chaque fois au dernier moment et en retournant la situation à leur avantage !
Ils n’ont, sans doute, aucune intention de céder le pouvoir et tiendront à le conserver par tous les moyens possibles et imaginables ( licites et illicites ) !
Bien sûr, en prévision des élections législatives de 2024, il faudra également tout faire pour changer la loi électorale
( actuellement favorable à Ennahdha et ses alliés ) , avoir une nouvelle ISIE qui soit absolument honnête et objective ( pour éviter justement toutes sortes de fraudes aux élections ) , amender l’actuelle Constitution et former une Cour Suprême Constitutionnelle digne d’une véritable démocratie et qui soit
la seule garante de la Constitution du pays !
Si dans le cas où ,malheureusement , tous les partis contre Ennahdha ( y compris, bien sûr, le PDL ) n’arrivaient pas à s’entendre sur une plateforme commune et à constituer un Front Commun il me semble alors qu’il faudrait laisser gagner Ennahdha avec une majorité absolue pour l’obliger à gouverner en solitaire ! Ainsi, elle n’aurait plus l’occasion de se dérober en invoquant quelque argument que ce soit et dévoilerait alors ouvertement son incapacité à gouverner !
Mais, personnellement, je préfère, de loin, la première éventualité !

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer