entrepreneurs

En Tunisie, les entrepreneurs débutants pourront percevoir jusqu’à un an de salaire

La Tunisie vient d’adopter une nouvelle loi visant à faciliter la création, la gestion et la liquidation d’entreprises pour les entrepreneurs.

Faisant partie d’un plan plus vaste visant à transformer le pays en un pôle numérique et à promouvoir l’esprit d’entreprise, la nouvelle loi sur la création d’entreprises offre des incitations attrayantes, notamment un salaire financé par l’État (pour un maximum de trois fondateurs par entreprise) au cours de la première année d’exploitation.

Les employés des secteurs public et privé bénéficient également de pauses ainsi que d’une période de congé d’un an afin de créer une nouvelle entreprise avec le droit de reprendre leurs anciens emplois.

Les entrepreneurs tunisiens ont longtemps fait pression pour que des changements soient opérés à un système qui, selon eux, a longtemps restreint la compétitivité. En faisant passer cette nouvelle législation, ils ont enfin eu gain de cause.

En effet, la loi s’attaque à des obstacles tels que les contrôles des devises étrangères, qui rendent difficile l’accès au financement, aux ressources et aux marchés étrangers.

Il existe également une aide afin de mieux s’orienter dans le labyrinthe des processus administratifs et réglementaires lors de la création, le développement et la liquidation d’une nouvelle entreprise, ainsi que du financement pour la protection des brevets.

En plus d’encourager les jeunes à devenir entrepreneurs, la loi vise en outre à accroître la contribution de nouveaux secteurs porteurs pour l’économie, (qui repose en grande partie sur le tourisme et l’agriculture), à l’instar des nouvelles technologies, des sciences.

La Tunisie a été classée, dernièrement,  au 87e  rang dans l’édition 2018 du Global Competitiveness  lors du Forum économique mondial, qui mesure l’évolution de 140 économies dans un monde transformé par les changements technologiques rapides.

Reste à voir si le pays deviendra ou non le prochain pôle régional de haute technologie, mais la loi sur les nouvelles entreprises devrait sérieusement donner un coup de fouet à l’entrepreneuriat et à la compétitivité.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer