lutte antiterroriste

Tunisie : la lutte antiterroriste doit désormais viser les établissements pénitentiaires

L’analyste et observateur des questions liées au jihadisme en Tunisie, Aaron Y. Zelin, affirme dans un article publié par Middle East Institute que la menace jihadiste en Tunisie est actuellement à son plus haut niveau depuis la révolution de 2011 et que son avenir se joue désormais dans les espaces pénitentiaires. Alors qu’Ansar al-Charia en Tunisie (AST) et, plus tard, l’Etat islamique (EI) et le groupe affilié à AQMI, la « Katiba Oqba ibn-Nafi » (KUBN) comme il se fait appeler, sont apparus comme les groupes les plus importants en Tunisie, la forme que prend leur militantisme aujourd’hui, limité à des espaces montagneux frontaliers de l’Algérie, fait penser à une guérilla isolée. La clandestinité et le manque de visibilité de ces groupes n’en réduisent toutefois pas la menace, alerte le spécialiste américain. La lutte contre le terrorisme se jouera donc davantage dans des espaces hors de la vue du public, écrit en substance le chercheur au Washington Institute for Near East Policy et fondateur de jihadology.net, un blog de référence en matière d’observation des activités jihadistes dans le monde.

L’évolution de la configuration jihadiste en Tunisie

En août 2013, le gouvernement tunisien a classé AST comme une organisation terroriste, mettant ainsi fin à une anomalie dans l’histoire du jihadisme tunisien. Car pendant les deux ans et demi qui ont suivi la révolution, des Tunisiens acquis à la « cause » ont été autorisés à faire du prosélytisme, à recruter des sympathisants, à organiser des meetings et à fournir des services sociaux favorisant l’expansion de l’idéologie djihadiste. Cependant, le jihadisme en Tunisie est rapidement revenu à la norme historique, norme marquée par l’implication de combattants étrangers, de logisticiens, et d’assaillants terroristes aussi bien que par la clandestinité et les départs dans des zones de conflits où l’idéologie jihadiste peut être « appliquée » sur le terrain. « Bien qu’AST ait été initialement formé en tant que groupe affilié à al-Qaïda, après sa désignation en tant qu’organisation terroriste, la majorité des Tunisiens restés impliqués dans le jihadisme ont rejoint l’EI en Syrie et plus tard en Libye. Une plus petite partie d’entre eux est restée fidèle à al-Qaïda en rejoignant sa filiale syrienne Jabhat al-Nosra (ainsi que ses groupes successeurs : Jabhat Fatah al-Sham et Hay’at Tahrir al-Sham), le groupe jumeau d’Ansar al-Charia en Libye, ou encore AQMI en Algérie, en Libye, au Mali et en Tunisie” affirme Zelin.

Alors que cette dispersion a duré deux ans, des conseils et des appels à commettre des attentats venant de l’étranger – en particulier la Libye et dans une moindre mesure la Syrie – ont provoqué une vague d’attaques contre des civils tunisiens et des responsables de la sécurité en 2015 et 2016 (avec les attaques du Bardo, de Sousse, de Tunis contre un bus de la garde présidentielle et de Ben Guerdane), rappelle également Zelin.

Vaste coup de filet

Mais la capacité de l’EI en Tunisie et en Libye s’est dégradée depuis. “Sur la base des revendications officielles, l’EI a pu mener onze attaques en Tunisie en 2015, mais n’en a mené que quatre en 2016, quatre en 2017 et deux en 2018. Cette tendance est également vraie pour KUBN, qui a mené six attaques en 2015, cinq en 2016, trois en 2017 et deux à ce jour en 2018 », poursuit-il. Selon lui, ces tendances ne sont pas uniquement dues au renforcement des capacités de collecte de renseignements par les forces de sécurité tunisiennes, mais également à la vague d’arrestations de personnes ayant manifesté leur sympathie ou appartenance au mouvement jihadiste en tentant d’aider, de rejoindre ou de comploter en association avec des groupes de militants, tant au niveau national qu’à l’étranger. « Cependant, en opérant de vastes coups de filet, il est à craindre que des individus qui n’en étaient qu’à leurs premiers stades de radicalisation aient été inutilement mis en prison », relève M. Zelin. Car dans ces espaces de détention surpeuplés, ils risquent de rapidement grimper dans l’échelle de radicalisation.

Politiques de réinsertion

L’auteur fait remarquer que depuis le début du mois d’août 2018, les communiqués de presse du ministère tunisien de l’Intérieur ont fait état de 43 arrestations pour des crimes terroristes, soit un peu moins d’une personne par jour.  Bien que cela soit positif pour la sécurité, l’économie et le tourisme en Tunisie, une approche purement sécuritaire n’est pas viable, relève-t-il. L’avenir du mouvement jihadiste tunisien se joue donc dans le système pénitentiaire, surpeuplé et sans programmes efficaces de réinsertion sociale destinés aux moins radicaux des détenus. Et pour ceux des programmes qui ont été mis en place avec l’assistance de l’Union européenne, des questions demeurent quant à la manière dont ils ont été mis en œuvre et aux paramètres permettant de mesurer leur succès. Par conséquent, étant donné les centaines, voire les milliers de personnes qui ont été arrêtées pour des faits de jihadisme depuis 2013, ainsi que les 16 000 personnes qui ont été empêchés de se rendre en Irak, en Libye et en Syrie, sans oublier les centaines de retours de combattants de ces mêmes pays, l’on est en droit d’estimer que ce phénomène n’est pas nécessairement en déclin – même si les capacités d’attaque sont beaucoup plus faibles qu’en 2013 ou 2015 et 2016, souligne-t-il. Et de conclure : « Ainsi, alors que la Tunisie doit être félicitée pour les efforts déployés dans la lutte antiterroriste, pour améliorer sa sécurité future, elle doit aller au-delà de l’approche basée sur le tout sécuritaire, en essayant de mieux réintégrer les individus qui ne sont pas des jihadistes endurcis ou expérimentés. C’est ce qui pourra prévenir une éventuelle réémergence de l’activité jihadiste à grande échelle dans le futur. Sinon, nous ne verrons qu’une répétition en Tunisie de ce que nous avons vu dans tant d’autres pays : une résurrection inévitable de groupes jihadistes. »

 

Nejiba Belkadi

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer