Altai Consulting

Les femmes et les ruraux sont les moins bancarisés en Tunisie (Altai Consulting)

Une étude réalisée par le bureau d’étude et de conseil Altai Consulting de mars à mai 2018 révèle qu’un tiers seulement des Tunisiens possède un compte bancaire. En incluant la Poste, les IMF (institutions de micro-finance) et les assurances, ce sont 61 % des Tunisiens qui sont clients d’une institution financière formelle.

L’étude, réalisée au profit du ministère des Finances de Tunisie, des autorités de contrôle et de l’Observatoire de l’Inclusion Financière (Banque Centrale de Tunisie), a bénéficié des financements du Fonds fiduciaire de la FEMIP, organisme affilié à la Banque européenne d’investissement, et de la contribution du ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché de Luxembourg, dans le cadre du programme MicroMED.

Fortes inégalités régionales

L’analyse par région montre un décalage entre le nord et les zones côtières d’une part, et l’ouest du pays d’autre part. Ainsi, si dans le Grand Tunis, 73 % des adultes font partie de la clientèle d’une institution financière formelle, ils ne sont que 50 % dans le Centre-Est, 52 % dans le Sud-Est et 57 % dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest. Pourtant, 86 % des Tunisiens sont à moins de trente minutes (en utilisant un moyen de transport à leur disposition) d’une institution financière formelle, estime le document.

Mais la perception des services financiers formels par les Tunisiens n’est « pas bonne ». Seuls 38 % considèrent que leur coût est accessible, et 47 % les considèrent comme rapides. « Les Tunisiens se sentent mal informés et peu protégés lorsqu’ils utilisent des services financiers formels et trouvent l’offre mal adaptée à leurs besoins », souligne le cabinet de conseil.

Inégalités de genre

Autre chiffre révélateur des inégalités d’accès aux services financiers : celle liée au genre, puisque seules 51 % des femmes sont clientes d’une institution formelle, contre 71 % des hommes. La Poste et les IMF sont particulièrement populaires chez les femmes, indique encore l’étude.

De façon générale, selon l’analyse par segment, en croisant les données de pénétration et d’utilisation des services, le genre, le revenu et le niveau d’éducation sont les variables d’inclusion les plus discriminantes.

Les ruraux sont ainsi proportionnellement plus nombreux à être clients de la Poste, tandis que les urbains privilégient les banques. Une différence très nette apparaît en fonction du revenu : les ménages aux revenus mensuels inférieurs à 500 dinars sont une minorité à être clients d’une institution formelle, poursuit le document.

66 % des Tunisiens ont eu recours à un crédit informel l’année dernière

Concernant le niveau d’activité bancaire des Tunisiens, seuls 9% d’entre eux sont des clients dits « actifs » d’institutions financières formelles, c’est-à-dire enregistrent au moins trois transactions par mois sur leur compte-client. Les Tunisiens empruntent principalement en dehors des banques et IMF : seuls 16 % ont eu recours au crédit formel en 2018, contre 66 % pour le crédit informel, celui-ci comprenant tout type de crédit en dehors d’une banque ou d’une IMF (emprunts auprès de proches, de commerçants, avances sur salaire demandées à l’employeur, etc.).

Les micro-entreprises privilégient le financement informel

Au niveau des entreprises, 55 % des micro-entreprises sont clientes d’une institution financière formelle et 24 % supplémentaires ont accès aux services financiers formels via le compte personnel de leur gérant. Les micro-entreprises privilégient le financement informel : 46% y ont eu recours l’année passée contre 33 % pour le crédit formel, qui nécessite la plupart du temps une sûreté, soulignent les auteurs de l’étude. Par ailleurs, les gérants de micro-entreprises ont une mauvaise perception des services financiers formels : seuls 32 % considèrent leurs coûts accessibles ; 49 % les trouvent rapides. Enfin, seuls 37 % des gérants de micro-entreprises trouvent l’offre de services financiers formels adaptée à leur besoins.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer