ONU
Le Conseil de sécurité de l’ONU, à New York, en mars 2018. SPENCER PLATT / AFP

A l’ONU, incertitude autour d’un bras de fer américano-africain

Le texte, qui doit être soumis au vote du Conseil de sécurité, porte sur le principe d’un possible cofinancement par l’ONU d’opérations de paix menées en Afrique.

Les pays africains du Conseil de sécurité ont annulé mercredi 19 décembre, pour la deuxième fois en dix jours, la convocation d’un vote destiné à définir « le principe » d’un possible cofinancement par l’ONU d’opérations de paix africaines, en raison de la menace d’un veto américain. Portée par l’Ethiopie, la Guinée équatoriale et la Côte d’Ivoire, le projet de résolution pose « le principe d’un possible versement de contributions des Nations unies, au cas par cas, pour soutenir des opérations de paix menées par l’Union africaine (UA) et autorisées par le Conseil de sécurité ».

Ce projet prévoit que le financement de l’ONU pourrait atteindre jusqu’à 75 % du coût des opérations concernées, les autres 25 % étant à la charge de l’UA. Le texte, qui porte d’une manière plus générale sur les relations entre l’ONU et les organisations africaines, « suit depuis le début du mois de décembre un chemin compliqué », commente le journal français Le Monde.

La présidence ivoirienne du Conseil de sécurité avait le 10 décembre convoqué une réunion pour un vote. Quelques heures plus tard, sous la pression de pays européens, la réunion était annulée, « une volte-face rare à l’ONU pour une mise aux voix d’un texte », explique le quotidien français. Depuis le début du mois, les Etats-Unis répètent dans les réunions qu’ils ne sont pas opposés sur le fond au projet, mais qu’ils ont un « problème de timing », selon des diplomates cités par l’AFP.

« Des lignes rouges »

Une nouvelle Chambre des représentants, compétente en matière budgétaire, doit entrer en fonction en janvier et l’administration de Donald Trump ne peut s’engager sans son aval sur un éventuel transfert de financement de l’ONU à l’UA, ont précisé les mêmes sources à l’AFP.

Mercredi, les trois pays africains du Conseil de sécurité sont revenus à la charge pour « mettre Washington devant ses responsabilités ». Dans le même temps, un compromis proposé par les Etats-Unis était rejeté par l’Afrique, évoquant « des lignes rouges ». Peu avant le vote, le scrutin était annulé. « Nous nous donnons encore 36 heures », mais « les choses sont sur la bonne trajectoire », a assuré à l’AFP un diplomate africain sous couvert d’anonymat. Il faut « juste un petit effort de part et d’autre ».

« Le vote a été reporté à vendredi », a confirmé un autre diplomate. En attendant, la menace de veto américain persiste. L’ambassadrice sortante, Nikki Haley, peu présente en décembre au Conseil de sécurité et absente dans la matinée alors que le sujet concernait Israël – l’un de ses sujets de prédilection –, avait prévu mercredi de venir en personne utiliser ce veto en cas de vote, selon des diplomates.

N.B., avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer