Accord sur le nucléaire
SIPA

Accord sur le nucléaire iranien : Les Européens rejettent «l’ultimatum»

Impliqués dans le dossier du nucléaire iranien, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, ainsi que l’Union européenne ont rejeté, ce jeudi, « l’ultimatum » de l’Iran, qui leur a donné deux mois avant de remettre en cause de nouveaux aspects de l’accord. « Nous rejetons tout ultimatum et nous évaluerons le respect par l’Iran de ses engagements en matière nucléaire », préviennent ces pays ainsi que la Haute représentante de l’UE pour la politique étrangère, Federica Mogherini, dans un communiqué commun.

L’Europe appelle l’Iran à « s’abstenir de toute escalade »

L’Iran leur a donné deux mois pour sortir les secteurs pétrolier et bancaire iraniens de leur isolement causé par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncera à d’autres engagements. Les Européens ont également exprimé leur « vive préoccupation » après la décision de la République islamique de s’affranchir de deux engagements pris dans le cadre de l’accord international sur son programme nucléaire dont Donald Trump s’est retiré il y a un an jour pour jour.

« Nous demeurons pleinement attachés à la préservation et à la mise en œuvre intégrale de l’accord sur le nucléaire, une réalisation essentielle dans l’architecture mondiale de non-prolifération nucléaire, qui est dans l’intérêt de la sécurité de tous », expliquent-ils, appelant l’Iran à « s’abstenir de toute escalade ». « Nous attendons de l’Iran qu’il continue d’adhérer aux formats et mécanismes mis en place par l’accord sur le nucléaire », ajoutent les trois pays et l’UE.

L’acier, le fer l’aluminium et le cuivre concernés par des nouvelles mesures punitives

Ils rappellent leurs « engagements fermes dans le cadre de l’accord, notamment ce qui concerne la levée des sanctions au profit du peuple iranien ». A cet égard, ils « regrettent que les États-Unis aient à nouveau imposé des sanctions après leur retrait de l’accord », en 2018.

Le gouvernement américain a encore durci mercredi ses sanctions économiques contre l’Iran, en ajoutant l’acier, le fer l’aluminium et le cuivre aux secteurs visés par ces mesures punitives. Les trois pays et l’UE se disent malgré tout « déterminés à poursuivre [leurs] efforts pour permettre la poursuite du commerce légitime avec l’Iran », en particulier via le système de troc, dit de l’Instex, mis en place par Paris, Berlin et Londres fin janvier.

N.B., avec AFP et 20 minutes

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer