Affaire Villepinte

Affaire Villepinte: Relations tendues entre la France et l’Iran

Téhéran a démenti les accusations proférées à son encontre par les autorités françaises qui affirment qu’un diplomate iranien aurait été impliqué dans un projet d’attentat déjoué en France, en juin.

«Une enquête longue, précise, détaillée de nos services (…) permet d’arriver à la conclusion sans aucune ambiguïté de la responsabilité du ministère du Renseignement dans ce projet d’attentat déjoué contre un rassemblement des Moudjahidines du peuple, un mouvement d’opposition iranien », a déclaré à l’AFP sous une source diplomatique française sous couvert d’anonymat

Le gouvernement français a déjà procédé à une série de sanctions en gelant les avoirs de la Direction de la Sécurité intérieure du ministère du Renseignement iranien, ainsi que de deux citoyens iraniens, soupçonnés d’être derrière le projet d’attentat. Il s’agit d’Assadollah Assadi et de Saeid Hashemi Moghadam.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères française a souligné que « l’attentat déjoué à Villepinte confirme la nécessité d’une approche exigeante dans nos relations avec l’Iran ».

Le porte-parole iranien a de son côté rétorqué : « Nous appelons les autorités françaises à faire preuve de réalisme vis-à-vis de l’Iran et nous mettons une fois encore en garde contre les mains des ennemis qui cherchent à saboter les relations de longue date entre l’Iran et la France et d’autres pays européens importants ».

Cette affaire de Villepinte pèse sur les relations entre la France et l’Iran. Surtout que l’hexagone souhaite poursuivre avec Téhéran des négociations afin de consolider l’accord sur le nucléaire iranien en le complétant par des accords sur l’activité balistique de Téhéran et son influence régionale.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer