Les Africaines

Les Africaines sont les premières créatrices d’entreprise dans le monde

L’Afrique affiche le taux de création d’entreprises par des femmes le plus élevé au monde. Une donnée qui ne reflète cependant pas uniquement l’intégration des femmes dans l’économie, puisque les Africaines se lancent dans l’entrepreneuriat en premier lieu pour assurer leur « subsistance et celle de leur famille » et qu’elles continuent de manquer de financements, d’infrastructures et de formation numérique, révèle une étude de l’institut Roland Berger publiée jeudi.

Bien que l’Afrique éveille de plus en plus l’intérêt des investisseurs, peu de données sont disponibles sur l’entrepreneuriat des femmes en Afrique, exceptées celles du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), qui ne couvre que 19 des 54 pays africains entre 2012 et 2017. D’où l’intérêt de l’étude de l’institut Roland Berger intitulée « L’entrepreneuriat des femmes en Afrique : un chemin vers l’émancipation » et présentée lors du Forum WIA (Women in Africa) à Marrakech. Le rapport se base sur une collecte de données fournies par des agences locales et internationales et met en valeur 15 indicateurs comme le niveau d’éducation, l’inégalité, l’emploi ou encore la fertilité pour évaluer l’activité entrepreneuriale des femmes de l’ensemble du continent africain.

On apprend ainsi qu’en Afrique, 24% des femmes créent leurs entreprises, soit « un taux beaucoup plus élevé » qu’en Amérique latine (17%), en Amérique du Nord (12%), et en Europe et en Asie centrale (8%), indique le rapport.

Selon cette étude portant sur 54 pays, la majorité des femmes africaines qui deviennent entrepreneur se lancent dans l’entrepreneuriat « pour assurer leur subsistance ainsi que celle de leur famille ». Les Echos relève qu’il s’agit là d’un phénomène que l’on retrouve surtout dans les sociétés où domine l’économie informelle qui vulnérabilise les femmes. « Les femmes créent souvent leurs entreprises à défaut de pouvoir accéder au marché de l’emploi et […] parce qu’elles ont besoin d’une source de revenus pour elles et leurs familles », explique le rapport.
L’institut Roland Berger relève toutefois un contraste entre les pays subsahariens, dont les taux sont les plus élevés (26%), et ceux d’Afrique du Nord où ils n’atteignent que 8%, un écart attribué à des différences « socio-économiques » et à des « réalités culturelles ».

Manque d’infrastructures

Les femmes font face en Afrique à des difficultés pour mener à bien leurs projets de création d’entreprise. Parmi elles, « la rareté des infrastructures, le manque de formation digitale et la difficulté de trouver des financements » et d’accéder aux prêts, selon le rapport. « L’entrepreneuriat féminin en Afrique est un exemple pour toutes les femmes dans le monde. Mais il est essentiel que l’on accompagne ces femmes africaines en facilitant leur accès à l’éducation et au financement, et en développant les infrastructures », explique Anne Bioulac, directrice générale de Roland Berger citée par Les Echos.

L’apport à l’économie de l’activité des femmes est considérable : entre 150 à 200 milliards de dollars de valeur ajoutée sont créés par ces femmes africaines, estime l’étude. L’entrepreneuriat féminin est donc une opportunité de développement qui représente un véritable potentiel de création de richesses et un moyen de lutter contre la pauvreté et le sous-emploi en Afrique.

Deux chiffres attirent enfin l’attention sur la précarité dont continuent de souffrir les Africaines malgré leur fort engagement dans l’économie : 39% de ces femmes entrepreneurs cessent leur activité en raison de sa non-profitabilité et 15% font de même parce qu’elles n’ont pas accès aux financements nécessaires pour développer leur activité. D’où la nécessité pour les femmes d’avoir accès à des financements et à des formations spécifiques.

Avec AFP et Les Echos

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer