Ambassadeur d’Iran à l’ONU : « Les sanctions américaines violent le droit...

Ambassadeur d’Iran à l’ONU : « Les sanctions américaines violent le droit international »

0
PARTAGER

L’ambassadeur d’Iran aux Nations unies a dénoncé les sanctions américaines visant son pays, affirmant qu’elles constituent une violation grave d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. « Les Etats-Unis ne sont pas seulement en train de violer une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies votée il y a trois ans », a-t-il déclaré. Ils sont également en train de « pénaliser les pays qui respectent cette même résolution ».

Dans un commentaire publié mercredi par le Guardian, le représentant permanent de l’Iran aux Nations unies, Gholamali Khoshroo, a regretté qu’en abrogeant un accord multilatéral sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et en imposant de nouvelles sanctions aux sociétés étrangères ayant des accords de coopération économique avec Téhéran, l’administration Trump viole le droit international en renonçant à la résolution 2231.

Lourdes sanctions contre l’économie iranienne

Le 20 juillet 2015, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2231 par laquelle il a approuvé un plan d’action visant à lever les sanctions qui frappaient l’Iran depuis de nombreuses années et à développer avec ce dernier des échanges commerciaux normaux en échange de l’obligation pour Téhéran d’assurer la nature exclusivement pacifique de sa politique atomique. Elle appelle les Etats membres à s’abstenir de commettre « des actions compromettant la mise en œuvre des engagements » de l’accord de Vienne.

Les nouvelles sanctions américaines, imposées mardi, visent l’accès de l’Iran à la monnaie américaine et pénaliseront son commerce d’or et de métaux précieux. Donald Trump a averti qu’en novembre, une deuxième salve de sanctions visera à mettre en place un « embargo sur le pétrole iranien » tout en affectant la banque centrale de la République islamique.

Pour sa part, l’Union européenne a relancé une loi dite « de blocage » visant à protéger des sanctions américaines les entreprises européennes faisant des affaires avec l’Iran, leur ordonnant de ne pas se conformer aux exigences de Washington et fournissant un mécanisme permettant de poursuivre les États-Unis devant les tribunaux européens. Le Guardian relève toutefois que le statut de blocage de l’UE est peu susceptible d’endiguer totalement la fuite des investissements européens en Iran, plusieurs entreprises étant soucieuses de perdre l’accès aux marchés monétaires américains.

« Affront envers l’ordre juridique international »

« Pour la première fois dans l’histoire des Nations unies, les Etats-Unis, membre permanent du Conseil de sécurité, s’emploient à pénaliser les nations du monde entier, non pour avoir violé une résolution du Conseil de sécurité, mais pour l’avoir respectée », s’étonne M. Khoshroo. « Le retrait des Etats-Unis de l’accord de Vienne et la réimposition de leurs sanctions constituent une violation grave de leurs obligations légales en vertu de la Charte des Nations unies, qui impliquent une responsabilité internationale. La communauté internationale doit faire face à cette intimidation internationale et à cet affront envers l’ordre juridique international », a-t-il martelé.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire