Aswat Nissa dénonce la faible présence des femmes au Parlement

L’organisation Aswat Nissa a dénoncé aujourd’hui jeudi dans un communiqué de presse les résultats préliminaires officiels des élections législatives de 2019. L’association déplore que le taux de représentation des femmes à l’Assemblée des représentants du peuple ne dépassera pas 23 %.

Des résultats qui sont en contradiction avec les stipulations des articles 34 et 46 de la Constitution tunisienne de 2014 qui garantissent le rôle de l’Etat dans le respect de l’égalité des sexes, souligne l’association dans son communiqué. L’article 34 indique en effet que « l’Etat veille à garantir la représentativité de la femme dans les assemblées élues ». L’article 46 stipule lui que « l’Etat garantit l’égalité des chances entre l’homme et la femme pour l’accès aux diverses responsabilités et dans tous les domaines » et qu’il « s’emploie à consacrer la parité entre la femme et l’homme dans les assemblées élues ».

بيان صحفيتونس في 10 أكتوبر 2019أصوات نساء تطلق صيحة فزع حول تمثيلية النساء في الانتخابات التشريعيةوتحمل الأحزاب…

Publiée par Aswat Nissa sur Jeudi 10 octobre 2019

Aswat Nissa a également indiqué que, selon ces résultats, la représentativité des femmes au sein de l’ARP enregistrerait « une baisse significative » par rapport à 2014, où la proportion des femmes s’établissait à 36,4 %.

« Enchère idéologique » et exploitation des femmes

Selon cette association féministe, les partis politiques « continuent de faire valoir les droits et libertés des femmes et de mettre en avant leurs préoccupations concernant les problèmes que vivent les femmes ». Mais uniquement dans une optique « d’enchère idéologique » et « à des fins purement électorales ». A titre d’exemple : la question de l’égalité dans l’héritage et les questions relatives aux femmes rurales, souvent mises en avant et exploitées par les partis centristes. Cela, « afin d’obtenir le plus grand nombre de voix ». Pourtant, les femmes sont ensuite « ignorées » lorsque le pouvoir est accaparé et l’assemblée formée, regrette Aswat Nissa.

L’association appelle donc les députés à renforcer le statut des femmes élues et à les aider à occuper des postes de décision au sein de l’Assemblée. Aswat Nissa souligne également la nécessaire accélération des discussions en vue de l’adoption d’une modification de la loi électorale introduisant le principe de la « parité horizontale« . En vertu de la parité horizontale, toutes les listes électorales aux élections municipales et législatives tunisiennes doivent comporter un nombre égal de femmes et d’hommes.

Les partis politiques concernés par la formation du prochain gouvernement sont appelés à prendre en considération le principe de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, affirme Aswat Nissa. Enfin, les autorités exécutives et législatives doivent « œuvrer à l’élaboration d’une loi sur les partis qui consacre le principe de l’égalité au sein de leurs structures de décision et fasse en sorte que des résultats similaires [à ceux des dernières élections législatives] soient évités lors des prochains scrutins ».

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer