Ben Ali

Ben Ali impliqué dans une vaste affaire d’arnaque de passeports irlandais

The Irish Sun affirme détenir les détails de l’enquête menée par le Bureau national irlandais des enquêtes criminelles sur l’ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali. L’enquête en cours de la police irlandaise, la Garda, concerne les liens de Ben Ali avec une affaire d’arnaque mondiale de passeport irlandais.

Ben Ali, qui a fui en Arabie saoudite en 2011, a ainsi été accusé d’avoir recours aux services d’un « maître-faussaire » pour fournir « de véritables passeports obtenus frauduleusement » pour permettre à sa femme et sa famille de se déplacer librement en Europe. Les enquêteurs chercheraient également à savoir si des proches de Ben Ali ont utilisé de faux passeports irlandais pour voyager de la Tunisie au Moyen-Orient depuis l’exil de l’ancien président.

« Mais le plan a été déjoué lorsque des policiers de Nice, en France, ont pris d’assaut un appartement l’année dernière et ont récupéré des dizaines de faux documents de voyage. L’un des passeports contenait le nom d’un des proches de Ben Ali. Dans le cadre de cette arnaque, les enquêteurs en France pensent que l’homme a présenté des demandes fictives à l’adresse de l’Irish Passport Office », explique the Irish Sun. Les passeports ont été trouvés par des agents qui enquêtaient sur les liens de Ben Ali avec un réseau européen de blanchiment d’argent.

Le faussaire présumé est en détention alors que l’enquête menée par un magistrat local, à laquelle participent également Europol et Interpol, se poursuit. La Garda et le ministère des Affaires étrangères ont déclaré ne pas souhaiter commenter l’enquête tant qu’elle en cours. Une source basée en France a pour sa part déclaré au journal irlandais que « cela semble être une arnaque élaborée fournissant des passeports obtenus de manière frauduleuse aux proches de Zine El Abidine Ben Ali ». Malgré ses liens avec l’arnaque, l’Arabie saoudite a refusé de l’extrader.

Un mandat international a été lancé pour l’arrestation de Ben Ali en janvier 2011. En exil, Ben Ali et son épouse ont été jugés en leur absence et condamnés chacun à 35 ans de prison.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer