Ben Guerdane, Bruxelles, même combat !

Ben Guerdane, Bruxelles, même combat !

0
PARTAGER

Les attentats terroristes du 22 mars à Bruxelles ont bouleversé le monde. Les images du carnage à l’aéroport international et au métro de la ville étaient insoutenables. Bruxelles, ce n’est pas seulement la belle capitale de la Belgique. Elle est aussi le cœur palpitant de l’Europe. La cité où sont installés la Commission et le Parlement Européens. Celle qui abrite le Quartier Général de l’OTAN. Une ville, tout un symbole que les terroristes actionnés par de viles mains ont voulu atteindre. C’est l’humanité dans ce qu’elle a de beau, de lumineux, de pur que les barbares ont cherché à mettre à mal. La tristesse le dispute à la colère chez tous les hommes et toutes les femmes épris de paix, de liberté et tolérance.
Nous sommes tous Bruxelles, devait-on proclamer haut et fort. Solidaires avec la cité et ses habitants. Solidaires avec les valeurs qu’elle porte. Solidaires avec l’esprit qu’elle véhicule. De cette solidarité qui rassemble les hommes et unit les esprits.
Le terrorisme sournois, lâche, vil, hideux n’ébranlera en rien la conviction des Bruxellois, des Belges, des Européens et de tous les autres que les musulmans, les vrais fidèles de cette religion de paix et de fraternité n’ont rien à voir avec les agissements criminels de ces monstres montés contre les humains par une organisation qui ose s’appeler « Etat islamique ». Les musulmans ne sont-ils pas les victimes les plus nombreuses de ce terrorisme là, abject et inhumain.
Bruxelles est sœur de Ben Guerdane dans l’adversité. Notre ville tunisienne a donné une leçon à ces terroristes sanguinaires en leur infligeant une défaite qu’ils n’oublieront pas de sitôt. Lançant leur assaut à l’aube de ce 7 mars, ils croyaient que la population fraterniserait avec eux et les accueillerait avec les youyous. En vrais patriotes les Benguerdanois leur ont administré une leçon en traquant les assaillants un par un et en les mettant hors d’état de nuire.
En déjouant leur plan machiavélique de prendre une ville en otage, ils ont fait la démonstration que les barbares ne peuvent rien contre la cohésion du peuple autour de ses valeurs. La fierté des Tunisiens n’a été que plus forte devant ce comportement fait de patriotisme et de courage.
Dire que Ben Guerdane a défendu aussi les nobles valeurs humaines, ce n’est pas exagéré. Dire que cette ville aux portes du désert a formé une barrière infranchissable pour la sauvegarde de la civilisation n’est pas exagéré non plus. Car si elle était tombée, qu’à Dieu ne plaise, les hordes d’assassins seraient à quelques encablures de l’Europe menaçant la démocratie, la liberté et la culture sur les deux rives de la Méditerranée, creuset de la civilisation humaine.
Bruxelles et Ben Guerdane, deux villes sœurs dans l’adversité. Le combat ici et là-bas est de même nature. Il vise les mêmes objectifs. Il faut le mener avec détermination sans jamais baisser les bras. Cela prendra peut être du temps et demandera des sacrifices. Mais, c’est un combat qui finira par la victoire de l’humanité sur la barbarie, de la fraternité sur le fanatisme, du courage sur la veulerie. De l’homme sur ses instincts destructeurs.
Ben Guerdane a d’ailleurs montré le chemin de cette inébranlable volonté. Tous Ben Guerdane comme on est tous Bruxelles.
Le diplomate.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire