Photo : AFP

Bernie Sanders abandonne la course à la Maison Blanche

La campagne électorale aura été secouée de rebondissements. Bernie Sanders a abandonné mercredi la course à la Maison Blanche. Il a promis de soutenir et travailler avec Joe Biden, désormais vainqueur assuré de la primaire démocrate. Celui-ci a lui aussi appelé au rassemblement pour battre Donald Trump.

En annonçant à ses partisans qu’il abandonnait sa course à la présidence des Etats-Unis, le sénateur indépendant pour le Vermont a qualifié Joe Biden d’homme « très respectable » et assuré qu’il collaborerait avec lui afin de faire avancer son programme ancré à gauche. Il a toutefois décidé, malgré l’arrêt de sa campagne, de rester en lice lors des prochaines primaires dans le but d’accumuler plus de délégués et tenter de faire peser ses idées progressistes sur le programme du parti. La crise pandémique du nouveau coronavirus a, de plus, compliqué la situation, en provoquant notamment l’annulation des meetings. « En voyant la crise qui frappe le pays (…) je ne peux pas, en toute conscience, continuer à mener une campagne que je ne peux remporter », a dit Bernie Sanders.

« Je sais que je dois gagner vos voix. Et je sais que cela pourra prendre du temps. Mais je veux que vous sachiez que je vous vois, que je vous entends, que je comprends le sentiment d’urgence qui vous anime », a affirmé, en s’adressant aux partisans de M. Sanders, Joe Biden, qui affrontera Donald Trump le 3 novembre.

Malgré une crise cardiaque à l’automne 2019, Sanders avait pourtant entamé triomphalement les primaires démocrates tandis que Joe Biden encaissait des défaites cuisantes en février. Mais c’est ce dernier qui a finalement repris l’ascendant, avant d’enchaîner les victoires.

Alors que tous les démocrates s’accordent sur un seul grand objectif, battre Donald Trump le 3 novembre, Joe Biden a su faire valoir qu’il attirait aussi bien les suffrages des Noirs que des ouvriers blancs et des femmes indépendantes, des électeurs essentiels pour tout candidat démocrate.

Joe Biden devra être désigné officiellement candidat par le parti lors d’une convention démocrate, qui a été reportée au 17 août à cause de la pandémie du Covid-19. Le président du parti, Tom Perez, a lui appelé au « rassemblement » pour « envoyer Joe Biden à la Maison Blanche ».

Influence significative

Après une bataille acharnée, Bernie Sanders avait déjà perdu la primaire démocrate face à Hillary Clinton en 2016. Malgré ses défaites, ce progressiste influencé par le socialisme a eu une influence significative sur le parti, en formulant des propositions qui paraissaient encore extrêmes à beaucoup il y a quatre ans, comme sur la couverture universelle de santé. « Ensemble nous avons transformé les consciences américaines quant au type de nation que nous pouvons devenir », a-t-il déclaré.

« Bien que notre campagne se termine, notre mouvement n’est pas mort », a souligné Bernie Sanders, pour qui « la lutte continue ». M. Sanders, fidèle à ses idées de gauche depuis 40 ans, « militait notamment en faveur d’une couverture santé universelle et d’une imposition plus lourde des super-riches », comme le résume le journal suisse Le Temps. « Candidat le plus âgé, il était paradoxalement celui de la jeunesse. »

Donald Trump a réagi en affirmant que « Sleepy Joe » (Joe l’endormi), comme il surnomme son challenger, aurait du mal à s’attirer le soutien des partisans progressistes de Bernie Sanders. Plusieurs organisations de jeunes progressistes ont d’ailleurs envoyé une lettre ouverte à l’ancien vice-président pour lui rappeler qu’il avait « été incapable de gagner les suffrages de la vaste majorité des électeurs de moins de 45 ans pendant la primaire ». « Un discours exclusivement anti-Trump ne suffira pas à envoyer un candidat vers la victoire », ont-ils mis en effet souligné, en l’appelant a s’emparer des « idées audacieuses » qui les avaient galvanisés, notamment sur le dossier de la lutte contre le changement climatique et les armes à feu ou encore celui d’une réforme en profondeur des systèmes de santé.

Le Washington Post affirme, dans le même sens, que « des questions demeurent sur ce que les fidèles partisans [de Bernie Sanders] feront et sur la force avec laquelle Sanders les encouragera à soutenir l’ancien vice-président. Lors de rassemblements à travers le pays au cours de l’année écoulée, de nombreux partisans de Sanders ont déclaré lors d’entretiens qu’ils ne seraient pas enclins à voter pour le candidat démocrate s’il ne s’agissait pas de Sanders ».

Joe Biden a en tout cas assuré qu’ils les entendaient : « Si Sanders a arrêté sa campagne, son impact sur cette élection et les élections à venir est loin d’être terminé. » Dans un tweet adressé à « Bernie et Jane » (son épouse), « en tant qu’amis », Joe Biden a salué des militants qui n’ont pas « simplement mené une campagne politique ». « Vous avez créé un mouvement. Et ne vous y trompez pas, nous pensons que c’est un mouvement qui est aussi puissant aujourd’hui qu’hier. C’est une bonne chose pour notre nation et notre avenir. »

N.B., avec AFP et le Washington Post

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer