Boris Johnson, « le Trump britannique », fait la une de la presse iranienne

Boris Johnson fait la une de la presse iranienne qui se montre plus que critique à son égard mercredi, au lendemain de sa désignation comme nouveau Premier ministre britannique. Certains journaux s’amusent même d’une ressemblance physique qu’ils lui trouvent avec le président américain Donald Trump.

« Le Trump britannique », titre le quotidien réformateur Sazandegi, qui fait sa une avec une photo pleine page de M. Johnson. Sous le titre « Imiter Trump », le journal réformateur Jam-é Jam publie pour sa part un photomontage montrant l’ombre du président américain se dessiner derrière le nouveau patron des conservateurs britanniques. « Elu par les radicaux » titre Etémad, autre journal réformateur.

Ressalat publie lui en première page un dessin présentant M. Johnson comme un majordome britannique faisant des courbettes à côté d’un Donald Trump assis à son bureau et lui donnant une tape sur le crâne. « La bande des B compte désormais cinq membres », écrit le journal, cité par l’AFP, en faisant référence à une expression forgée par le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif.

Selon le ministre iranien, cette « bande des B » regroupe le conseiller à la sécurité nationale américain John Bolton, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et les princes héritiers d’Arabie saoudite et d’Abou Dhabi, Mohammed ben Salmane et Mohammed ben Zayed, tous faborables à une ligne dure contre la République islamique. En effet, « M. Johnson doit prendre ses fonctions dans une période de crise aiguë entre Londres et Téhéran, sur fond de saisie réciproque de pétroliers », résume l’AFP.

L’Iran a en effet arraisonné vendredi dans le détroit d’Ormuz le Stena Impero, pétrolier suédois battant pavillon britannique, 15 jours après l’arraisonnement d’un navire-citerne iranien par les autorités britanniques au large de Gibraltar. Tout en félicitant M. Johnson pour ses nouvelles fonctions de premier ministre, M. Zarif lui a adressé un avertissement mardi sur Twitter en rappelant la détermination de l’Iran à protéger les eaux du Golfe. « L’Iran ne cherche pas la confrontation. Mais nous avons 1500 miles de côtes au golfe Persique. Ce sont nos eaux et nous les protégerons », a écrit M. Zarif.

Londres envisage de mettre en place une « mission de protection maritime dirigée par les Européens » dans ce bras de mer d’une importance stratégique pour l’approvisionnement en pétrole de la planète.

N.B., avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer