Syrie : face à une instabilité alarmante, l’envoyé de l’ONU appelle à changer la dynamique

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie a souligné jeudi devant le Conseil de sécurité que la violence et l’instabilité dans ce pays étaient alarmantes et qu’il était nécessaire de changer la dynamique. « L’ampleur de la violence et de l’instabilité en Syrie est extrêmement alarmante. Nous avons un nombre de morts sans cesse croissant

Liban : Une intervention rare de l’armée contre des drones israéliens

L’armée libanaise a tiré, mercredi, contre des drones israéliens survolant le sud du Liban. Une intervention très rare qui survient en pleines tensions entre les deux pays voisins. « Selon le commandement de l’armée libanaise, trois drones israéliens ont violé l’espace aérien libanais, le mercredi 28 août, et les militaires ont tiré sur deux d’entre

Nucléaire iranien : Rohani appelle Trump à « faire le premier pas » pour rétablir le dialogue

Lundi, le président américain Donald Trump s’est dit prêt à rencontrer son homologue iranien. Hassan Rohani appelle, lui, à lever les sanctions avant d’envisager une rencontre avec Donald Trump. [À LA UNE À 21H] – Le président iranien Hassan Rohani a appelé les Etats-Unis à "faire le premier pas", en levant toutes les sanctions contre

Pour le Pentagone, « l’Etat islamique a renforcé ses capacités en Irak et a repris ses activités en Syrie »

Cette « résurgence » de l’organisation jihadiste, selon le Pentagone, a lieu au moment où Washington retire ses troupes de Syrie. Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) est en train de « ressurgir » en Syrie alors même que les Etats-Unis retirent leurs troupes du pays, a alerté, mardi 6 août, un inspecteur général du

Turquie : Erdogan menace de lancer une offensive dans le nord de la Syrie

Turquie

La Turquie compte lancer une opération militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie, à l’est de l’Euphrate. C’est en tout cas la menace lancée ce dimanche 4 août par le président turc Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci aurait averti la Russie, qui soutient le président syrien Bachar el-Assad, et les Etats-Unis, qui

Gardes poignardés, tentatives d’évasion : le danger EI dans le camp syrien d’Al-Hol

Gardes poignardés, tentatives d’évasion, un drapeau noir du groupe Etat islamique hissé par des partisanes… Dans le camp de déplacés d’Al-Hol en Syrie, des femmes et enfants associés ou affiliés aux jihadistes affichent ouvertement leur hostilité aux Kurdes qui les détiennent. « La colère est contenue à grande peine dans ce camp du nord-est, où

Boris Johnson, « le Trump britannique », fait la une de la presse iranienne

Boris Johnson fait la une de la presse iranienne qui se montre plus que critique à son égard mercredi, au lendemain de sa désignation comme nouveau Premier ministre britannique. Certains journaux s’amusent même d’une ressemblance physique qu’ils lui trouvent avec le président américain Donald Trump. #BorisJohnson, "le Trump britannique", fait la une de la presse

Les Iraniens de plus en plus nombreux à chercher du travail au Kurdistan irakien

Iraniens
© AFP SAFIN HAMED

A un carrefour d’Erbil, un véhicule ralentit avant d’être pris d’assaut par une demi-douzaine d’Iraniens. Etranglés par les sanctions américaines, des travailleurs journaliers iraniens « louent désormais leurs bras en Irak voisin pour nourrir leurs familles », comme l’écrit l’AFP dans un reportage. Rostam, Kurde iranien venu d’Ourmia, dans le nord-ouest de l’Iran, assure que

Isolée par une barrière israélienne, une famille palestinienne cloîtrée dans sa maison

famille
Photo THOMAS COEX. AFP

Pendant plus d’une semaine, Mohammed Hajajla, 10 ans, a été contraint de parcourir chaque jour six kilomètres pour se rendre à l’école, les autorités israéliennes ayant condamné l’unique voie qui relie sa maison au village voisin, en Cisjordanie occupée, a observé l’AFP. « Mohammed vit avec ses parents et ses deux frères sur une colline

Proche-Orient : Washington donne les détails de son plan de paix

Proche-Orient
AFP

Les Etats-Unis ont publié samedi le volet économique de leur plan de paix pour le Proche-Orient, qui doit être présenté la semaine prochaine à Bahreïn, en l’absence des Palestiniens. Il vise à lever plus de 50 milliards de dollars en une dizaine d’années. Les Palestiniens ont aussitôt rejeté ce plan économique, estimant que Washington devait