Cinquante mille arbres d’acacia plantés en Tunisie grâce au projet de l’entrepreneuse...

Cinquante mille arbres d’acacia plantés en Tunisie grâce au projet de l’entrepreneuse sociale Sarah Toumi

1
PARTAGER

Un projet ambitieux de planter un million d’acacia en Tunisie d’ici 2018, a été lancé en 2012 par Sarah Toumi, 29 ans, jeune entrepreneuse sociale désignée par Forbes comme l’une des entrepreneurs sociaux de moins de 30 ans qui sont en train de changer le monde.
« Acacias for All » a déjà été choisi par le gouvernement français comme l’un des 100 projets innovants en Afrique qui façonnent l’avenir du développement durable. L’idée est de planter ces arbres robustes dans les zones arides afin de lutter contre la pénurie d’eau et la désertification. Il s’agit d’une alternative à la plantation d’oliviers et d’amandiers puisque l’acacia peut être irrigué avec de l’eau contenant jusqu’à 8 grammes de sel par litre.pses propriétés de fixation de l’azote qui contribuent à renouveler le sol.

Hormis ces vertus, l’acacia, appelé aussi moringa, a comme sous-produit sa sève durcie utilisée comme stabilisant dans l’industrie alimentaire et comme liant dans la peinture des glaçures en céramique, entre autres utilisations.

Riche en vitamines et en minéraux, ses feuilles peuvent être utilisées dans les suppléments nutritionnels, et ses graines sont exploitées dans le domaine médical. La plante est originaire du sous-continent indien et la faire pousser en Tunisie constitue une innovation.


Lancé tout d’abord dans le village de Bir-Salah, près d’El Hencha dans la région de Sfax (avec un centre de démonstration qui interagit directement avec les agriculteurs locaux), le projet s’est aujourd’hui étendu à quatorze régions grâce aux « ambassadeurs agriculteurs » avec plus de 50 000 plantations. Il est également possible que l’idée s’étende sur d’autres pays de la région.


«Je voulais aborder le manque d’accès aux ressources nécessaires pour que les agriculteurs locaux s’adaptent aux changements climatiques et leur donner le savoir-faire scientifique et technique pour s’adapter à la situation et commercialiser leurs produits», a expliqué Toumi sur la radio Web Néoplanète. « Non seulement ils font quelque chose qui a un impact positif sur l’environnement, mais ils augmentent également leurs revenus ».

Sur terrain, Toumi a fait savoir que les femmes travaillant dans le secteur agricole étaient plus réceptives à cette idée novatrice et ont saisi les avantages de la plantation d’acacia même en termes de revenus. A noter que les femmes sont organisées en coopératives afin de mieux gérer le cycle agricole.

N.B

Commentaire

Laisser un Commentaire