Covid-19 : Les Instituts Pasteur de tous les continents unissent leurs efforts

Dans un communiqué publié hier, l’Institut Pasteur France a salué les travaux menés par la filiale tunisienne du réseau international de recherche scientique dans le cadre des recherches menées partout dans le monde pour trouver des solutions à la pandémie mondiale causée par le nouveau coronavirus.

Le communiqué souligne notamment que « l’Institut Pasteur de Tunis travaille dans le cadre d’un partenariat technologique avec le pole Pasteur de l’Université de Hong Kong (IP-HKU) et l’Institut Pasteur de Paris, sur un test sérologique Elisa, qui a pour but de détecter les anticorps du SARS COV-2 ». Un test qui permettra de mener de grandes enquêtes séro-épidémiologiques afin de connaître l’ampleur de la diffusion dans le temps et l’espace du virus.

Dans ce contexte, une enveloppe de deux millions d’euros a été très récemment accordée par le MEAE à l’Institut Pasteur et à 10 membres de son réseau implantés en Afrique, « pour conduire les recherches susceptibles d’éclairer les spécificités africaines de la pandémie et la nécessaire adaptation des mesures préventives au contexte loco régional ».

Crise sanitaire « unique en son genre »

L’Institut rappelle que le SARS COV-2, virus responsable de la pandémie de COVID-19 (nom de la maladie), a été détecté à ce jour dans plus de 180 pays. « Il a causé une crise sanitaire unique en son genre, par son ampleur et son impact massif sur l’économie mondiale, liée notamment aux mesures de confinement ». Face à ce défi inédit, les 32 instituts du Réseau International des Instituts Pasteurs (RIIP) se mobilisent. « Les professionnels de santé et les scientifiques unissent leurs efforts et leurs ressources pour étudier ce nouveau virus et ses conséquences sur l’homme, savoir le diagnostiquer et développer de nouveaux traitements et vaccins », indiqué encore le communiqué

Par ailleurs, 19 projets mobilisant les équipes de 20 Instituts du réseau vont couvrir de nombreux domaines de recherche comme « les investigations cliniques et épidémiologiques, le développement d’outils diagnostiques, la recherche d’anti-viraux ou encore l’immuno-vaccination. Tous ces travaux sont engagés dans les Instituts du RIIP des cinq continents ».

L’Afrique risque de « payer un lourd tribut sanitaire »

L’Institut Pasteur le confirme. L’Afrique risque de « payer un lourd tribut sanitaire, social et économique suite à la vague pandémique en raison de ses ressources limitées ». En effet, pour ce continent, la question des tests diagnostiques est cruciale si l’on veut suivre la consigne de l’OMS « Testez, testez, testez ». Cela suppose de disposer de tests rapides, faciles à réaliser et de coût abordable.

L’Institut Pasteur de Dakar (IPD), en collaboration avec l’entreprise de biotechnologie britannique Mologic et l’IRD, travaille en tout cas sur la mise au point de ce type de tests. Et face à cette maladie émergente et encore peu connue, les besoins de formation sont importants. « L’Institut Pasteur de Dakar (IPD) a été missionné par le Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (African CDC) pour former les personnels des laboratoires de la région dans la reconnaissance du SARS COV-2. L’IPD a ainsi reçu, fin février, les représentants de laboratoires de quinze pays africains », indique l’Institut.

Le renforcement des capacités de chaque pays face à la gestion de cette pandémie est ainsi une nécessité absolue. « Ces différentes initiatives de partage d’expérience et soutien logistique bénéficient aussi du soutien de programmes mis en place avant l’épidémie tels que « ASIDE » (DHHS) dédié à la surveillance et la préparation aux émergences infectieuses, ou « MEDILABSECURE » (UE-DEVCO), dédié à la mise en réseau d’institutions publiques multidisciplinaires de 22 pays du pourtour méditerranéen, de la Mer Noire et du Sahel. Une formation en ligne des personnels hospitaliers, a été acceptée pour un financement de la DG-DEVCO. »

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer