l’huile d’olive tunisienne

Création d’un label pour l’huile d’olive tunisienne entre la Tunisie et le Japon

«Dans le cadre du projet de valorisation des bio-ressources dans les régions semi-arides et arides pour le développement régional (SATREPS2), dont la réalisation est assurée, depuis 2016, conjointement par la Tunisie, le Japon et le Maroc,  l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) œuvre à créer un label pour l’huile d’olive tunisienne,  pour une durée de 5 ans» selon Riadh Ksouri, directeur du laboratoire des plantes aromatiques, au centre de biotechnologie Borj Cedria.

Le responsable a en outre assuré : «Actuellement, nous sommes en train de travailler sur 21 échantillons d’huile d’olive dans 6 régions de Sfax, en vue d’identifier les caractéristiques de l’huile d’olive en fonction de leur particularité régionale».

L’objectif, selon lui, est d’authentifier cette huile grâce à une corrélation entre le sol et l’olivier, sachant que les vertus d’une huile d’olive dépendent des caractéristiques du sol où l’olivier est planté.

Le projet de valorisation des bio-ressources dans les régions semi-arides et arides pour le développement régional (SATREPS2), financé par la JICA et l’Agence japonaise pour la science et la technologie (JST) a pour objectifs de rapprocher les industriels tunisiens de leurs homologues japonais, de créer un label de l’huile d’olive tunisienne et de présenter aux industriels les résultats scientifiques issus du premier projet SATREPS 1( 2010-2015), lesquels ont permis d’identifier dans les plantes aromatiques, médicinales et l’olivier des molécules aux bienfaits certains pour la santé.

Selon une étude tuniso-japonaise, réalisée dans le cadre du projet (SATRAPES 1), l’huile d’olive tunisienne, dans toutes ses variétés, en particulier celle du Nord, se distingue par une forte teneur et concentration en polyphénol qui peut être 10 fois supérieure à celle des huiles d’olive espagnole et italienne. Les effets bénéfiques sur la santé du polyphenol ont été démontrés, vu ses propriétés antioxydantes et sa capacité à prévenir le cancer et traiter les infections, les maladies cardiovasculaires et neurologiques ainsi que son rôle dans la régénération cellulaire.

«Concernant le nouveau projet SATREPS 2, les équipes japonaises et tunisiennes s’activeront jusqu’en 2021 à l’identification de nouveaux produits à haute valeur ajoutée en vue de leur industrialisation», a précisé Ksouri.

Le label de l’huile d’olive tunisienne consiste à corréler entre les paramètres du sol (nature, spécificité) de la région et l’huile d’olive produite, sachant que les vertus d’une huile d’olive, même d’une variété similaire, diffèrent d’une région à une autre, selon les spécificités du sol de la région concernée, comme il en est le cas pour la variété chemlali (celles du Nord et du Sud), a expliqué cet universitaire.

Il a également rappelé les résultats du premier projet SATREPS 1 qui a concerné 7 variétés d’huile d’olive tunisienne, ont montré la qualité supérieure de cette dernière, dans la mesure où elle est considérée comme un aliment fonctionnel qui protège de plusieurs maladies grâce à sa richesse en molécules bioactives, anti allergiques et anti cancéreuses, d’où la nécessité de la protéger contre la contrefaçon et la falsification.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer