inclusion financière
© Alamy

La culture monétaire pèse sur les efforts d’inclusion financière en Afrique du Nord (Financial Times)

La méfiance à l’égard des banques ralentit les efforts déployés par certains pays pour offrir les services de la banque numérique aux citoyens, estime le journal américain Financial Times.

« Récemment, lorsque Sahar Ben Hadj Falah a reçu un livre en cadeau de la part d’un ami, il lui est parvenu par un canal non traditionnel : cet ami lui a transféré de l’argent via une application de paiement mobile, que cette Tunisienne âgée de 29 ans envoyait ensuite à sa maison », raconte le journal américain. Il s’agit de l’application Paymee, une plate-forme de transfert d’argent mobile lancée en Tunisie en juin dernier. « C’est la première fois que j’entends parler de ce genre de chose », a déclaré Mme Ben Hadj Falah, assistante du directeur de l’école américaine de la capitale, Tunis. « Cela fonctionne très bien. »

Marwen Amamou, fondateur de Paymee, explique que l’application permet à ceux qui ne peuvent pas accéder facilement aux services bancaires, mais qui possèdent un smartphone, de faire des achats, de transférer des fonds et de payer leurs factures en ligne. « C’est plus sûret plus pratique », dit-il au Financial Times. En effet, l’application permet aux utilisateurs de charger de l’argent sur leur compte via des terminaux situés à divers endroits dans le pays.

L’inclusion financière : un processus essentiel

L’inclusion financière – la mission qui consiste à fournir aux populations défavorisées l’accès à des services financiers tels que des prêts et des comptes bancaires – est essentielle pour la compétitivité et la croissance de la région. Pourtant, les start-ups et les gouvernements de certains pays ont eu du mal à convaincre les gens d’adhérer à la banque numérique, explique le Financial Times.

Selon les données de la Banque mondiale relatives à l’année 2018, moins de la moitié (44 %) des adultes de plus de 15 ans ont un compte bancaire dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), contre 68,5 % dans le monde. En Tunisie, ce chiffre est de 37 %, indique le journal américain.

Depuis le lancement de Paymee, M. Amamou a expliqué que cette application avait attiré 2200 utilisateurs. « En cas de succès, assure-t-il, cela pourrait contribuer à la stratégie de la Tunisie visant à accroître l’accès à la finance numérique. »

La Tunisie compte environ 11 millions d’habitants et 14 millions d’abonnés à la téléphonie mobile. L’adoption croissante des paiements mobiles pourrait constituer un moyen facile d’accroître l’inclusion financière dans le pays. Pourtant, seulement 2 % des Tunisiens ont un compte d’argent mobile, contre 4,4 % dans le monde.

Les progrès en matière de « capture » de groupes « non bancarisés » ont été plus lents en Tunisie que chez certains de ses voisins. En 2017, l’Egypte a ainsi été choisie, avec la Chine et le Mexique, pour faire partie d’une initiative du Groupe de la Banque mondiale visant à rechercher et à promouvoir l’inclusion financière dans les pays en développement.

L’Egypte fait en effet partie du programme d’accès universel aux services financiers 2020, qui vise à intégrer deux milliards d’adultes non bancarisés dans 25 pays à des systèmes financiers formels. Cette décision avait fait suite à une initiative prise en 2014 par la Banque centrale égyptienne pour assouplir la réglementation et réduire les exigences de fonds propres pour les banques afin de les encourager à ouvrir des mini-succursales dans les régions du pays où la plupart des gens sont « sous-financés » et dépendent fortement des transactions en espèces.

En la matière, des efforts sont ainsi attendus dans les pays de la région MENA. Ces derniers ont « pris conscience, avec un peu de retard, de l’importance de la numérisation et du paiement mobile », a ainsi déclaré au Financial Times Zouhair el Kadhi, économiste et directeur général de l’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITCEQ).

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer