La dépréciation du dinar tunisien menace de créer une insuffisance des crédits...

La dépréciation du dinar tunisien menace de créer une insuffisance des crédits et un épuisement des fonds

0
PARTAGER

La politique financière tunisienne a connu une crise au premier trimestre de 2017 avec une dépréciation du dinar tunisien, qui s’est accentuée durant le moins d’avril.

Selon les dernières valeurs décidées par la Banque centrale de Tunisie (BCT), 2,43 valent un dollar américain et 2,65dt valent un euro.

Dans ce contexte, une source dans la BCT a déclaré : »L’évolution récente du marché des changes a vu, depuis la semaine dernière une demande croissante des devises générant une dépréciation importante du dinar ».

Chakib Hammi, directeur adjoint d’une succursale de la Banque de l’Habitat à Tunis, a estimé que cette dépréciation pourrait entraîner une insuffisance des crédits tout en menacant d’épuisement des fonds.

En outre, le banquier a mis en garde contre les répercussions de cette grave dépréciation du dinar tunisien sur l’ensemble de l’économie nationale tunisienne à la lumière des menaces potentielles qu’elle pourrait déclencher.

« En principe, tous les secteurs seraient affectés à commencer par le marché financier local, en passant par le système bancaire, la bourse, l’industrie et même les secteurs vitaux tels que les textiles », a-t-il conclu.

Le gouverneur de la BCT, Chedly Ayari, a récemment annoncé certaines mesures visant à réparer la situation et à soutenir le dinar, y compris l’émission de 100 millions de dollars sur le marché local. L’UGTT a également exprimé sa peur de la dépréciation de la monnaie.

Pour elle, le choc peut être minimisé en limitant l’import des produits de l’étranger, en préservant les entreprises nationales et l’employabilité, et en renforçant la contribution des tunisiens vivant à l’étranger.
Du côté de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), le déclin du dinar constitue un «véritable danger» pour l’économie tunisienne.

Selon news.xinhuanet.com, cela aura également des répercussions négatives sur l’investissement, la capacité concurrentielle des entreprises, l’inflation, le déficit commercial, la dette et le fonds de compensation.

Les dernières données économiques de la BCT jusqu’en mars 2017, indiquent que le déficit commercial a dépassé les 2 500 millions de dinars (plus de 1 milliard de dollars) contre 1 350 millions de dinars (548 millions de dollars) par rapport à l’année précédente.

En ce qui concerne le budget de l’État tunisien, le déficit a atteint 5 452 millions de dinars (plus de 2 milliards de dollars), ce qui équivaut à 6% du PIB (produit intérieur brut).

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire