raciste

Diplomatie : Le département d’Etat américain se défend d’être « raciste »

Le ministère américain des Affaires étrangères a dû se défendre d’être « raciste » après s’être vu reprocher par des élus de l’opposition démocrate son silence assourdissant sur le phénomène du racisme et de la xénophobie. Il a aussi été mis en cause par un ex-diplomate en raison d’une politique de recrutement de plus en plus « blanche » de hauts responsables.
Les détracteurs du département d’Etat affirment que l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche a constitué un tournant dans ce domaine. « Nous sommes extrêmement alarmés par la politique de l’administration Trump qui reste silencieuse dans les forums internationaux sur le racisme et la xénophobie », écrivent six députés démocrates dans une lettre adressée la semaine dernière au secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Ces élus évoquent notamment un épisode au cours duquel un haut responsable a « contesté l’idée selon laquelle les dirigeants ont le ‘devoir de condamner les discours de haine et l’incitation à la haine’ et a tenté de biffer un passage entier d’un document des Nations unies qui lie la lutte contre le racisme à la construction d’une société démocratique diverse ».

« Trump Is Making American Diplomacy White Again »

« C’est une politique dangereuse », ont dénoncé les députés, estimant qu’elle s’ajoute à « la perception de plus en plus répandue selon laquelle certains responsables de l’administration Trump sont racistes ». A cette salve de critiques s’est ajoutée lundi la tribune d’une ex-diplomate, Uzra Zeya, chargée d’affaires à l’ambassade des Etats-Unis à Paris de 2014 à 2017 avant de démissionner cette année après s’être vu refuser, dit-elle, plusieurs postes « sans explication ».

« Trump rend la diplomatie américaine blanche à nouveau » : le titre de son texte publié dans Politico, en écho au slogan du milliardaire républicain « Make America Great Again », résume les accusations de cette femme issue de l’immigration indienne. Depuis 2017, écrit-elle, « les minorités ont été exclues des postes élevés ».

Selon son analyse de statistiques publiques, 64% des personnes désignées par Donald Trump pour devenir ambassadeur sont des hommes blancs non hispaniques, soit sept points de plus que pendant les huit années de son prédécesseur démocrate Barack Obama. De septembre 2016 à juin 2018, la part des Noirs dans la haute diplomatie a chuté de 4,6% à 3,2%, ajoute-t-elle.
De même, la tendance constante à la hausse de l’intégration des femmes dans la fonction diplomatique a été inversée pour la première fois depuis la fin des années 1990.

Une affirmation « répugnante et fausse »

« L’affirmation selon laquelle le département d’Etat est ‘raciste’ est répugnante et fausse, c’est une tentative éhontée de semer la division à des fins politiciennes », a réagi dimanche la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert sur son compte Twitter. « Le département d’Etat est parmi les agences gouvernementales les plus diverses », « promeut les droits de l’homme et la dignité » et « condamne ceux qui permettent et commettent des violences contre les membres de minorités religieuses, ethniques ou autres », a-t-elle martelé.

Avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer