l’étranger

Diplomatie: la France compte supprimer l’« équivalent » de 2000 postes à l’étranger

Le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé, au cours de la Conférence des ambassadeurs tenue le mercredi 29 août, une réduction d’ici la fin du quinquennat en 2022 de 10% de la masse salariale consacrée aux 20 000 personnels de l’administration française en poste à l’étranger. Il s’agit selon lui d’une « réorganisation » des services du Quai d’Orsay et des autres administrations à l’étranger qui permettra une économie d’environ 110 millions d’euros par an. Une initiative qui n’a pas manqué de faire réagir la presse française, qui y voit un début de paupérisation du personnel diplomatique.

« Quand il s’agit de l’action extérieure de la France, mieux vaut être militaire que diplomate. Le budget et les effectifs des premiers augmentent alors que ceux des civils baissent », dénonce ainsi le quotidien français L’Opinion. L’Opinion explique que cet effort de réduction de la masse salariale, portant sur environ 20 000 postes, équivaut à la suppression de 2000 ETP (Equivalents temps plein), même si la réduction ne sera pas forcément aussi importante en termes d’effectifs. « Le gouvernement entend en effet favoriser l’embauche de Français déjà expatriés, qui coûtent moins cher au budget », explique encore le journal.

Gérer la diplomatie de façon « plus managériale »

L’objectif est celui d’une « diplomatie agile », formule affectionnée aussi bien par Emmanuel Macron que par son ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pointe de son côté le quotidien Le Monde. Le journal français estime que cette vision « très managériale » ne peut qu’impliquer une limitation de moyens. Ces derniers devraient donc théoriquement être mieux ciblés, et surtout plus efficaces, « ce qui ne suffit pas à dissiper les inquiétudes de nombre de diplomates ».

Devant les ambassadeurs, le premier ministre a justifié cette sérieuse coupe budgétaire en remettant en cause la « complexité » de l’administration du réseau de l’Etat à l’étranger, constituée d’une « addition de strates ». M. Philippe a ainsi appelé à « revenir aux fondamentaux » en gérant « de façon plus harmonieuse, transversale, cohérente et peut-être plus managériale » les quelque 20 000 agents déployés à l’étranger, dont la moitié dépendent directement du Quai d’Orsay, fait également savoir le quotidien français. Le Monde explique en outre qu’évoquées depuis juin, ces « coupes claires » suscitent l’inquiétude d’une grande majorité des fonctionnaires d’un ministère qui pèse pour à peine 1% du budget de l’Etat. Pour le premier quotidien français, « le Quai d’Orsay a perdu en trente ans 53 % de ses effectifs, dont un tiers ces dix dernières années. Avec 13 791 emplois à temps plein pour l’ensemble du réseau diplomatique, il compte moins de fonctionnaires qu’une ville comme Toulouse ».

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer