STEG
Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG)

Don de 830 000 euros de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement à la STEG

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) vient d’accorder un don de 830 000 euros, soit l’équivalent de 2822 mille dinars tunisiens, à la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG).

Quatre accords relatifs à ce don destiné au financement d’assistance technique, la modernisation de la STEG et l’amélioration de sa performance financière et opérationnelle ont été signés, mardi, à Tunis, entre le PDG de la STEG, Moncef Harrabi et le Chef du Bureau de la BERD en Tunisie, Antoine Sallé de Chou, selon un communiqué de la BERD.

« Cet appui intervient dans le cadre d’un financement accordé par la BERD en 2016 pour l’amélioration de la performance et de la fiabilité du réseau de transport et de distribution d’électricité et la préparation du réseau tunisien aux énergies renouvelables » selon le même communiqué.

Selon l’institution européenne, cette mesure est indispensable pour assurer un approvisionnement plus sûr et résilient d’électricité dans le pays.

L’assistance de la BERD à la STEG consiste à accompagner la transition vers les normes comptables IFRS( International Financial Reporting Standards) et améliorer les outils de gestion du risque de change, de taux d’intérêt, et de fluctuation du cours des matières premières.

Il s’agit, également de mettre en place un plan d’action de conformité et d’améliorer la méthodologie de prévision de la demande d’électricité.

Selon un PV de la réunion du conseil d’administration de la STEG, tenue le 18 janvier 2019, « la situation financière de la société est très difficile et nécessite la prise de mesures rapides, pour éviter le risque d’une cessation de paiement et les conséquences négatives que cela pourrait avoir sur la STEG ».

Les créances de la STEG auprès de sa clientèle à fin novembre 2018, se sont élevées à 1461 MD, dont 700 MD auprès de l’Etat, les sociétés et les établissements publics.

Selon les prévisions,  le déficit de trésorerie sera fortement aggravé en 2019 (porté à 4 514 millions de dinars). En effet, les revenus prévisionnels de 5 890 millions de dinars ne permettent pas de couvrir les dépenses de fonctionnement et d’investissement ainsi que le remboursement des crédits qui totalisent 9 441 millions de dinars.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer