Shems FM

Présidentielle 2019 : Elyes Fakhfakh veut que la Tunisie devienne une plateforme d’affaires vers l’Afrique

En visite à Mahdia le 7 septembre dans le cadre de sa campagne électorale, le candidat du parti Ettakatol, Elyes Fakhfakh avait promis, s’il était élu, de « poursuivre la mise en place des institutions de la deuxième République ».

Dans la délégation de Sidi Alouen, dans le gouvernorat de Mahdia, Elyes Fakhfakh s’est en particulier engagé à acter la création de la cour constitutionnelle et à renforcer le pouvoir local, « indispensable pour promouvoir le développement régional ».

Le candidat d’Ettakatol a rappelé que l’une des principales revendications de la révolution, à savoir une réduction notable des disparités régionales, nécessitait un « accroissement de l’investissement » pour réduire le taux de chômage et ainsi lutter contre la fuite des cerveaux et la migration irrégulière.

En matière de sécurité et de défense, principale thématique de cette campagne électorale, l’ancien ministre des Finances au sein des gouvernements de Hamadi Jebali puis d’Ali Laarayedh a promis la poursuite de la lutte antiterroriste par la protection des frontières et le renforcement des moyens et capacités des forces de l’ordre et des services de renseignement.

Création de pouvoirs locaux

Interviewé par Shems FM ce mercredi 11 septembre 2019, M. Fakhfakh a indiqué qu’il oeuvrerait pour la « création de pouvoirs locaux dans les régions » en augmentant, notamment, les budgets « alloués aux collectivités locales » afin d’en valoriser les compétences humaines. Il a également assuré que sa « future relation avec le chef du gouvernement sera une relation de coopération ».

Dans un entretien à Diwan FM, M. Fakhfakh a indiqué avoir l’intention de mettre en place une agence nationale moderne pour le renseignement sous la tutelle du Conseil national de sécurité. « Les renseignements représentent 90 % des opérations d’anticipation » en matière de terrorisme et peuvent aussi « permettre de mettre en échec les opérations de contrebande et de trafic de drogue ».

https://www.facebook.com/DiwanFM/videos/602969373565920/

La Tunisie comme plateforme vers l’Afrique

En matière de diplomatie, le candidat a estimé que celle-ci devait servir l’économie avec un appui fort de la part du chef de l’Etat. « Il faut que le président de la République passe 30 % de son temps, s’il le peut et tout en donnant la priorité à la sécurité intérieure, en dehors de la Tunisie pour accompagner hommes d’affaires et acteurs de la culture et de la promotion du patrimoine national dans leurs déplacements à l’international ». Le candidat a également dit vouloir faire de la Tunisie, en tant qu’Etat de droit démocratique et transparent pouvant en cela attirer les investisseurs étrangers soucieux de s’implanter dans des pays où la loi est respectée, une plateforme vers l’Afrique pour les entrepreneurs. « La Tunisie peut, par conséquent, également devenir la destination idéale pour les étudiants africains », a-t-il ajouté.

Ingénieur de formation, Elyes Fakhfakh est membre d’Ettakatol. A la suite de la révolution, il est nommé ministre du Tourisme dans le gouvernement de Hamadi Jebali. Le 19 décembre 2012, il prend également en charge le ministère des Finances.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer