Ligue arabe
Twitter.com/arableague_gs

Entretien entre l’envoyé spécial des Nations unies et le chef de la Ligue arabe sur la réadmission de la Syrie

Plusieurs Etats arabes, dont le Liban et la Tunisie, ont récemment appelé au retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe.

Le nouvel envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, s’est entretenu dimanche avec le chef de la Ligue arabe, dont les membres semblent divisés sur la question de savoir s’il faut ou non réadmettre ce pays déchiré par une guerre sanglante depuis 2011.

La Ligue, qui tiendra son prochain sommet annuel en Tunisie en mars, a suspendu l’adhésion de la Syrie en novembre 2011, alors que le bilan de la guerre civile dans le pays s’élevait à une vitesse vertigineuse. Mais l’Egyptien Ahmed Aboul Gheit, secrétaire général de la Ligue arabe, a souligné l’importance de « trouver une solution pacifique » à la crise syrienne. Plusieurs Etats arabes, dont le Liban et la Tunisie, ont récemment appelé au retour de la Syrie dans la Ligue arabe. La « place naturelle » de la Syrie est au sein de la Ligue arabe dont elle a été suspendue en 2011, a ainsi déclaré samedi le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui. « La Syrie est un Etat arabe important (…) et sa place naturelle est dans le giron arabe », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec son homologue russe Sergueï Lavrov, dont le pays soutient le régime syrien. « La question du retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe ne dépend pas de la Tunisie mais de la Ligue arabe », a-t-il poursuivi. Ce sont les dirigeants des pays arabes « lors de leur prochaine réunion », qui « décideront de la manière de réintégrer ou non la Syrie ».

Le diplomate norvégien Geir Pedersen, devenu ce mois-ci le quatrième négociateur des Nations unies en vue de résoudre le conflit syrien, a ainsi rencontré dimanche au Caire le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a annoncé l’organisation. Ils ont discuté des dernières tractations entre les pays arabes sur les décisions que devait prendre l’organisation concernant la Syrie, a annoncé la Ligue dans un communiqué.

En décembre, le président soudanais Omar al-Bachir a effectué la première visite d’un dirigeant arabe dans la capitale syrienne depuis 2011, tandis que les Emirats arabes unis ont rouvert leur ambassade à Damas.

Le président du Parlement jordanien a invité son homologue syrien aux réunions de l’Union interparlementaire arabe à Amman en mars, a annoncé dimanche l’agence de presse officielle jordanienne. Mais tous les membres de la Ligue ne sont pas favorables au rétablissement de liens diplomatiques plus étroits avec Damas. Le Qatar, qui a soutenu l’opposition dans la guerre civile en Syrie, a déclaré ce mois-ci que Damas, sous la présidence de Bachar Assad, ne devrait pas être autorisée à réintégrer la Ligue arabe.

Geir Pedersen a souligné la nécessité d’une solution politique à la guerre qui serait négociée sous l’égide de l’ONU, lors de sa visite à Damas après son entrée en fonction ce mois-ci à la suite de la démission de son prédécesseur, Staffan de Mistura.

N.B., avec Arab News

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer