liens financiers
(GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/File)

Etats-Unis : Les démocrates enquêteront sur les liens financiers de Trump avec l’Arabie saoudite et la Russie

Suite à leur victoire à la Chambre des représentants, les démocrates pourront lancer des enquêtes parlementaires à partir de janvier, notamment sur les liens financiers « personnels » du président américain Donald Trump avec l’Arabie saoudite et la Russie, a déclaré dimanche Adam Schiff, futur président (démocrate) de la commission du Renseignement de la chambre basse du Congrès américain. « Le président n’est pas honnête avec le pays à propos du meurtre de Jamal Khashoggi », le journaliste saoudien critique du prince héritier et assassiné le 2 octobre, a jugé M. Schiff sur CNN.

Interrogations sur les motivations financières de Trump

« Qu’est-ce qui le pousse à cela ? Je ne sais pas, s’il s’agit simplement d’un penchant qu’il a pour les autocrates […] ou s’il y a une motivation financière, c’est-à-dire ses finances personnelles », s’est interrogé Adam Schiff. Selon de nombreux observateurs, le prince héritier Mohammed ben Salmane est impliqué dans l’assassinat de Jamal Khashoggi, qui a eu lieu début octobre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, provoquant une indignation mondiale. Mais Donald Trump a estimé que l’affaire ne remettrait pas en cause la relation « inébranlable » entre son pays et le royaume sunnite.

Le milliardaire républicain « s’est ouvertement vanté des millions qu’il fait avec l’Arabie saoudite. Est-ce que son intérêt personnel conduit la politique des Etats-Unis dans le Golfe ? », a demandé l’élu démocrate, en disant se poser la même question à propos de la Russie. « Nous ne savons pas, mais il serait irresponsable de ne pas le découvrir », a-t-il dit, ajoutant que « cela ne sera pas seulement le travail de la commission du Renseignement ».

Selon lui, l’une des questions sur lesquelles le Congrès, jusqu’ici à majorité républicaine, n’a pas encore enquêté est celle qui consiste à savoir « si les Russes ont blanchi de l’argent à travers les affaires du président ». « S’agit-il d’une main invisible dans la politique étrangère américaine ? Nous devons être capables de dire aux Américains oui, c’est vrai, ou non, ça ne l’est pas », a-t-il affirmé.

« Comment Trump vend l’atome à l’Arabie saoudite »

C’est ce qu’a titré de son côté le magazine français Le Point dans un article qui explique, en citant le New York Times, que l’administration américaine « négocie depuis 2017 avec Riyad la fourniture de réacteurs nucléaires, qui pourraient aboutir à la fabrication de la bombe atomique ». « Il existe un tout autre aspect de la relation stratégique américano-saoudienne que le pensionnaire de la Maison-Blanche s’est bien gardé d’évoquer au cours des dernières semaines. D’après le New York Times, l’administration Trump serait en négociation avec l’Arabie saoudite pour lui vendre des réacteurs nucléaires. Conduites depuis 2017 par le département américain de l’Energie, ainsi que le département d’Etat, les discussions porteraient sur un montant avoisinant 80 milliards de dollars », note le journal français, qui ajoute que « nombreux sont ceux qui se demandent si le président américain ne serait pas en train d’ouvrir la voie à une nucléarisation prochaine de l’Arabie saoudite, prélude à une course à la bombe généralisée au Moyen-Orient ».

Dans une lettre envoyée fin octobre au président américain, cinq sénateurs américains du camp républicain ont exhorté Donald Trump à suspendre les négociations avec l’Arabie saoudite en vue de lui fournir des technologies nucléaires américaines, menaçant d’utiliser leur veto dans le cas contraire. Selon eux, l’administration Trump courtise les Saoudiens alors qu’ils cherchent à construire dans les prochaines années seize centrales nucléaires d’une valeur de plusieurs dizaines de milliards de dollars. « Les révélations en cours au sujet du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ainsi que certaines actions saoudiennes relatives au Yémen et au Liban, ont suscité de sérieuses inquiétudes quant à la transparence, la responsabilité et le jugement des dirigeants actuels en Arabie saoudite », ont-ils notamment écrit.

N.B., avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer