femmes musulmanes

Etats-Unis : Ilhan Omar et Rashida Tlaib, deux femmes musulmanes, entrent au Congrès

Toutes deux sont issues des rangs du Parti démocrate et portent des convictions progressistes de gauche, notamment en matière d’accès à la santé et aux études, à rebours de celle de l’administration républicaine aux commandes. Ilhan Omar et Rashida Tlaib sont devenues, à l’issue des élections américaines de mi-mandat, les premières femmes musulmanes à être élues à la Chambre des représentants.

Ilhan Omar, réfugiée somalienne

La démocrate d’origine somalienne Ilhan Omar devient aux Etats-Unis la première réfugiée et une des premières femmes de confession musulmane à entrer au Congrès après avoir été élue à la Chambre des représentants en remportant le scrution dans le 5e district du Minnesota.

Somali-Américaine, réfugiée et musulmane, le destin d’Ilhan Omar, 36 ans, est une illustration du rêve américain. La jeune femme et militante au sein de l’organisation de défense des droits civiques NAACP (Association nationale pour la promotion des gens de couleur) a fui la Somalie à l’âge de huit ans au début de la guerre civile avant de passer quatre dures années dans un camp de réfugiés au Kenya. Ne parlant pas un mot d’anglais, elle a ensuite débarqué, en 1997, avec sa famille, aux Etats-Unis, dans le Minnesota, où se trouve une importante communauté de la Corne de l’Afrique. « Je suis musulmane et je suis noire […] et j’ai décidé d’être candidate, parce que je voulais montrer ce qu’est une démocratie représentative », expliquait-elle en septembre dans l’édition américaine du magazine Elle.

Dans son discours de victoire, elle a expliqué : « Quand les gens vendaient la politique de la peur, de la division et de la destruction, nous on parlait de la politique du bonheur. Elle nous permet de combattre pour une Amérique où les gens peuvent voir un docteur sans avoir peur d’être ruinés. Une Amérique qui croit en les libertés religieuses, qui non seulement accueille les réfugiés et les immigrants, mais qui les envoie même à Washington ! C’est ça l’Amérique pour laquelle je vais me battre. »

En tant que femme politique de l’aile gauche des démocrates, Mme Omar prône un accès universel à la santé, une éducation gratuite, une réforme du système judiciaire, un port d’arme plus restrictif, des lois plus souples sur l’immigration et un accès généralisé au logement. Son programme laisse présager une opposition sans concession aux politiques controversées du président républicain Donald Trump, notamment en matière de gestion des flux migratoires.

Rashida Tlaib, fille de réfugiés Palestiniens

Rashida Tlaib a de son côté été élue dans une circonscription du Michigan où les républicains n’avait pas investi de candidat. Née à Détroit de parents réfugiés palestiniens, cette avocate de 42 ans se décrit comme une battante. « Je n’ai jamais été du genre à me tenir à l’écart », expliquait-elle en août à la chaîne ABC. « Je suis candidate à cause des injustices et parce que mes garçons s’interrogent sur leur identité » en tant que musulmans, avait-elle expliqué.

Lors de la campagne présidentielle de 2016, elle avait apostrophé Donald Trump en campagne à Detroit, notamment sur la question de son traitement des femmes et des minorités. Pendant la campagne, elle a défendu un programme progressiste, soutenant notamment la création d’un salaire minimum de 15 dollars de l’heure et un accès à la santé pour tous.

En août, après avoir remporté la primaire démocrate, elle s’était félicitée de la portée symbolique de sa candidature. « Vous n’avez pas à changer pour être candidat », avait-elle lancé à ses partisans. « Ça montre à quel point notre pays peut être merveilleux. »

N.B., avec agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer