Le sénateur Tim Scott, républicain de Caroline du Sud, à la Maison Blanche. Photo : Doug Mills / Le New York Times

Etats-Unis : Les sénateurs démocrates veulent réformer la police

Trois semaines après la mort de l’Afro-Américain George Floyd par un policier blanc, le groupe républicain du Sénat américain a dévoilé mercredi un projet de réforme de la police concurrent de celui des démocrates, mais d’une portée plus limitée.

Le texte sera débattu la semaine prochaine, a annoncé Mitch McConnell, chef de la Majorité au Sénat, lors d’une conférence de presse. A la Chambre des représentants, le projet de loi démocrate devrait être soumis aux voix le 4 juillet.

Selon Tim Scott, seul sénateur républicain noir, qui a rédigé le texte, le projet de réforme de la police permettra d’assurer plus efficacement la sécurité des suspects et de la police. « Nous vous entendons. Nous sommes attentifs à vos préoccupations », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. M. Scott a évoqué ses expériences personnelles avec le racisme, assurant qu’une refonte de l’application des lois constituait une démarche d’une importance vitale pour les Etats-Unis.

« J’espère que les républicains et les démocrates oublieront la politique partisane. Nous devons prendre une nouvelle orientation : rendre cette nation plus sûre et meilleure et aider à restaurer la confiance dans les institutions [au sein de la communauté des Afro-Américains] », a-t-il également écrit sur son compte Twitter.

La mort de George Floyd, lors de son interpellation, le 25 mai, à Minneapolis, a provoqué des manifestations de grande ampleur aux quatre coins du monde, y compris en Tunisie, contre les violences policières visant les Afro-américains.

Les deux projets de loi font du lynchage un crime fédéral, et préconisent l’utilisation généralisée de caméras corporelles. Ils réclament également tous deux une réforme de la formation des policiers. Mais, à la différence du texte démocrate, celui du Parti républicain ne permet pas aux victimes de violences policières de saisir la justice et ne propose pas d’interdire purement et simplement l’étranglement ni de réformer les conditions du recours à la force, souligne Reuters.

« Le nouveau projet de loi [des Républicains] devrait être beaucoup plus étroit que la refonte radicale de l’application des lois que les démocrates ont proposée et bien en deçà de ce que les dirigeants des droits civiques disent nécessaire », commente pour sa part le New York Times. Toutefois, son existence même reflète un « voyage personnel et politique pour M. Scott », qui a longtemps été silencieux à propos de son passé d’homme noir confronté au racisme, ainsi que sa vision de ce que peut raisonnablement devenir la loi.

M. Scott est ainsi confronté à une « tâche extrêmement difficile », commente encore le quotidien américain. En tant que républicain réputé conservateur, il essaie de mettre de l’équilibre entre les appels des syndicats de police « qui résistent aux changements » et les revendications des groupes de défense des droits civiques, ainsi que des membres conservateurs de son propre parti et des libéraux comme le sénateur démocrate Cory Booker, lui aussi seul sénateur noir côté démocrates.

N.B., avec agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer