Image : Alexis McAdams / Twitter

Etats-Unis : nouvel homicide d’un Noir américain par un policier à Atlanta

Un médecin légiste d’Atlanta, en Géorgie, a qualifié la mort d’un Afro-américain d’homicide après qu’il a été abattu lors d’une rencontre avec la police. Une nouvelle bavure qui vient raviver la colère des manifestants contre les pratiques racistes de la police américaine.

La mort à Atlanta d’un homme noir de 27 ans tué par un policier blanc a ravivé la colère des manifestants contre le racisme aux Etats-Unis et provoqué la démission de la cheffe de la police de cette ville du Sud. Dans le même temps, mobilisation, manifestations et dénonciation du racisme se poursuivent à travers le monde.

Vendredi, Rayshard Brooks est décédé par balle en fuyant deux policiers blancs dans un parking de restaurant. De nouvelles manifestations ont éclaté après sa mort, quelques semaines après qu’un autre homme noir, George Floyd, a été tué par plaquage ventral à Minneapolis. Le policier soupçonné d’avoir tiré sur M. Brooks a été licencié, indique la chaîne américaine BBC.

Les manifestations se multiplient

Le restaurant de la chaîne Wendy’s près duquel Brooks été mortellement touché par balle a été incendié samedi alors que des centaines de personnes manifestaient dans la capitale de l’Etat de Géorgie. Des milliers de personnes ont par ailleurs rejoint les manifestations de Black Lives Matter à travers les Etats-Unis ce week-end. A Chicago, une statue du premier président américain, le « père fondateur » George Washington, a été peinte au pistolet avec ces mots : « propriétaire d’esclaves ! » (« Slave owner ! »). M. Washington fut en effet un détenteur d’esclaves actif pendant 56 ans. Alors qu’il faisait part publiquement de son désir de mettre fin à la pratique de l’esclavage, au moment de sa mort en 1799, 317 esclaves vivaient sur son domaine de Mount Vernon.

Des foules se sont également rassemblées à Washington près de la Maison Blanche tandis qu’à Los Angeles, un grand nombre de manifestants ont défilé pour dénoncer la brutalité policière et le racisme systémique qui sévit outre-Atlantique. La colère, devenue mondiale, contre le meurtre de M. Floyd, décédé le 25 mai alors qu’un policier lui collait le genou au cou l’empêchant de respirer, a par ailleurs alimenté de nouvelles manifestations ce week-end au Royaume-Uni.

Selon le médecin légiste du comté de Fulton, le mode de décès de Rayshard Brooks peut être qualifié d' »homicide ». Il a subi deux coups de feu dans le dos qui ont causé blessures et importantes pertes de sang. Le procureur de Fulton, Paul Howard, a déclaré à CNN que trois accusations pourraient être portées contre le policier limogé Garrett Rolfe : meurtre, crime et voie de fait grave.

Le Bureau d’enquête de l’Etat de Géorgie (GBI) a déclaré que des officiers de police avaient été appelés au fast-food parce que M. Brooks s’était endormi dans sa voiture, bloquant ainsi la voie d’accès aux clients du restaurant.  L’homme était en état d’ébriété et a résisté lorsque deux policiers ont voulu l’arrêter, affirme le GBI.

Des images de caméras corporelles publiées par le département de la police montrent les deux policiers administrant un test de sobriété – où un suspect est, par exemple, invité à marcher en ligne droite – puis un alcootest, avec la permission de M. Brooks, explique la BBC. Les deux policiers tentent ensuite de le menotter. A ce stade, leurs caméras corporelles tombent à terre, mais une vidéo de caméra de sécurité les montre en train de lutter avec M. Brooks au sol.

Celui-ci attrape ensuite le Taser (pistolet électrique paralysant) d’un officier et se libère des officiers en s’enfuyant. Alors qu’il est pourchassé, M. Brooks se retourne ensuite et pointe le Taser avant de continuer à courir pour finalement se faire tirer dessus. « Alors que je le poursuivais, il s’est retourné et a commencé à tirer sur moi avec le Taser », a déclaré M. Rolfe à l’un de ses superviseurs après la fusillade. « Il m’a certainement tiré dessus au moins une fois. »

En revanche, la porte-parole du GBI, Nelly Miles, a déclaré qu’elle ne pouvait pas confirmer si M. Brooks avait bien tiré avec le Taser, rapporte l’agence Associated Press.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer