hommage national pour John McCain

Etats-Unis : semaine d’hommage national pour John McCain, Trump silencieux

Avant son inhumation le 2 septembre, des cérémonies seront organisées en Arizona et à Washington en l’honneur du sénateur républicain John McCain, décédé le 25 août d’un cancer du cerveau. Le sénateur de l’Arizona est mort à quelques jours de son 82e anniversaire dans son ranch près de Sedona (Arizona). Dans le cadre d’une semaine d’hommage national, son cercueil sera d’abord présenté mercredi au capitole de l’Arizona, Etat qu’il a représenté plus de 35 ans au Congrès, et où les habitants pourront se recueillir pendant plusieurs heures. Il sera ensuite transporté à Washington, où son cercueil sera présenté vendredi au public dans la rotonde du Capitole. Un honneur uniquement réservé à des personnages-clé de l’histoire des Etats-Unis, comme John F. Kennedy, Ronald Reagan, Rosa Parks et quelques illustres sénateurs.

Les funérailles nationales auront lieu samedi à la grande cathédrale de la capitale américaine, en présence de nombreux élus et dignitaires américains et étrangers. Les anciens présidents Barack Obama et George W. Bush, un démocrate et un républicain, devraient prononcer des éloges funèbres, à sa demande, selon le New York Times. Enfin, son enterrement aura lieu dimanche au cimetière de l’Académie navale d’Annapolis, où il a suivi sa formation de pilote de la marine.

Trump silencieux

« Patriote », « combattant », « non conformiste » : les hommages rendus par l’ensemble de la classe politique du pays ont eu pour point commun la carrière politique et militaire de l’homme « au service de la nation ». Un hommage, pourtant, manque à l’appel : celui du président actuel des Etats-Unis, Donald Trump. John McCain avait dit en 2016 qu’il ne voterait pas pour lui, ne cachant pas son mépris pour le candidat milliardaire. « Mes condoléances et mon respect le plus sincère pour la famille du sénateur John McCain. Nos cœurs et nos prières sont avec vous ! », a-t-il écrit dans un bref message publié sur son compte Twitter, sans évoquer le parcours du sénateur républicain.

S’il partageait plusieurs idées avec son parti, notamment sur les questions sociétales clivantes relatives à l’avortement et au mariage homosexuel, auxquels il a déclaré être opposé, le sénateur républicain John McCain a toujours affiché une certaine indépendance d’esprit faisant de lui un acteur politique considéré comme appartenant à l’aile gauche du Parti républicain. Sa sensibilité aux enjeux écologiques, sa volonté de limiter le financement des campagnes électorales, sa proposition de loi mettant fin aux niches fiscales et aux avantages fiscaux pour les plus riches, sa condamnation de la torture en Irak et à Guantanamo (bien qu’il fût partisan de l’intervention américaine en Irak en 2003) ou encore son initiative de déposer un projet de loi prévoyant la régularisation des immigrés clandestins en font une personnalité inclassable dans le paysage politique américain. Son positionnement atypique, parfois transpartisan, lui a autant attiré la sympathie d’une partie du public et des modérés que les foudres des conservateurs de son bord politique. Il a régulièrement critiqué l’administration de Donald Trump à la fin de sa vie.

Avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer