Fête de l’évacuation

Fête de l’évacuation : 55 ans déjà

Cette année, la Tunisie célèbre sa 55e Fête de l’évacuation, qui commémore un événement majeur de l’histoire contemporaine de la Tunisie. Car le 15 octobre 1963 est célébré comme le jour où le dernier soldat français a quitté le sol de la Tunisie indépendante, rendant son vrai visage à Bizerte.

Cette évacuation est venue clore la crise de Bizerte, conflit diplomatique et militaire opposant, durant l’été 1961, la France et la Tunisie, indépendante depuis cinq ans. Le sort de la base navale militaire de Bizerte restée entre les mains des Français en raison de son emplacement hyper-stratégique et sa rétrocession à l’Etat tunisien sont au cœur du conflit. D’abord diplomatique, la crise tourne à l’affrontement militaire du 19 au 22 juillet, lorsque la tension diplomatique est arrivée à son plus haut degré entre les deux pays, et fait plusieurs victimes civiles côté tunisien.

La rétrocession commence en réalité le 1er juillet 1962, lorsque l’arsenal de Sidi-Abdellah fut évacué. Dix-neuf jours plus tard, soit un an jour pour jour après le début des hostilités, le Premier ministre tunisien Bahi Ladgham se rend au Palais de l’Elysée où le reçoit le général de Gaulle. Celui-ci lui assure que les forces armées françaises quitteront la Tunisie « sans contrepartie ni esprit de retour », à une date ultérieure qui devra être fixée « dans 18 mois ».

Le 14 octobre 1963, le contre-amiral Vivier, dernier commandant de la base de Bizerte, signe l’ordre du jour dont une partie prévoit que « la mission à Bizerte des forces armées françaises prend fin ». Le lendemain, le capitaine d’artillerie Louis Muller amène le pavillon français, mettant ainsi officiellement fin à la présence militaire française à Bizerte. L’évacuation du dernier soldat français a lieu dans l’après-midi du 15 octobre 1963, mettant une petite foule environnante, puis l’ensemble du pays, dans une liesse populaire historique. Bizerte était en effet selon les propos de Bourguiba la « dernière séquelle de l’ère coloniale ». Le 15 décembre de la même année, Bourguiba célèbre officiellement l’évacuation de Bizerte en compagnie de dirigeants arabes dont le populaire colonel égyptien Gamal Abdel Nasser, le président algérien Ahmed Ben Bella, le prince héritier de Libye et un représentant du roi marocain Hassan II.

La crise de Bizerte vue par la France

مشاهد من #معركة_بنزرت من أجل جلاء آخر جندي فرنسي عن الأراضي التونسية

مشاهد من #معركة_بنزرت من أجل جلاء آخر جندي فرنسي عن الأراضي التونسيةالمصدر: INA.fr

Publiée par ‎Ultra Tunisia الترا تونس‎ sur Lundi 15 octobre 2018

 

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer