mondialisation

Forum sino-africain : l’ONU appelle la Chine et l’Afrique à poursuivre une mondialisation juste

Au Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient dans la capitale chinoise, le chef de l’ONU a plaidé pour la poursuite d’une « mondialisation juste » et la promotion d’un développement durable inclusif qui « ne laisse personne de côté ». Ces deux grandes priorités doivent selon lui guider le partenariat économique Chine-Afrique. « Ensemble, la Chine et l’Afrique peuvent unir leurs potentialités combinées pour des progrès pacifiques, durables et équitables au bénéfice de toute l’humanité », a ainsi déclaré le Secrétaire général de l’ONU, le Portugais António Guterres, à l’ouverture du Forum.

A l’adresse des représentants africains et chinois réunis à Pékin pour deux jours depuis hier lundi 3 septembre, M. Guterres a fait valoir les domaines qu’il considère cruciaux pour la réussite de la coopération sino-africaine. Appelant à renforcer les fondements du progrès et de la croissance économique de l’Afrique, il a plaidé pour une coopération qui peut déboucher sur un développement durable en Afrique, respectueux de l’environnement et résilient, ainsi que sur un soutien financier et technologique au développement des infrastructures africaines. Il a par ailleurs souligné l’importance du renforcement des systèmes de données nationaux en ce qu’il peut aider les pays africains à formuler efficacement des politiques viables.

« L’Afrique doit s’approprier la question du développement durable »

Le Secrétaire général a tenu à souligner que le développement durable est une question que l’Afrique doit « s’approprier ». L’année dernière, l’ONU et l’Union africaine (UA) ont convenu ensemble d’accords-cadres en matière de paix, de sécurité et de développement durable pour une mise en œuvre cohérente et coordonnée du Programme 2030 des Nations unies et de l’Agenda 2063 de l’organisation panafricaine. Le partenariat Chine-Afrique fait selon l’ONU écho à cette approche collaborative pour créer non seulement des « gains immédiats » mais « une valeur durable ».

Le chef de l’ONU a ainsi également exhorté la Chine et l’Afrique à consolider leurs finances publiques et mettre en œuvre des politiques budgétaires favorables à la stabilité économique et pouvant servir de pilier au service de la lutte contre l’évasion fiscale, la corruption, le blanchiment d’argent et les flux financiers illictes, ajoutant que « les équipes de pays des Nations unies sont pleinement résolues à aider les pays africains à tirer pleinement parti de leur coopération avec la Chine ».

Soutenir l’Afrique face à la menace du changement climatique

Enfin, le chef de l’ONU a rappelé la menace réelle que représente le changement climatique et affirmé qu’il est aujourd’hui devenu élémentaire de promouvoir un développement respectueux du climat et résilient au changement climatique. « La Chine est aujourd’hui un leader mondial [en matière de] solutions climatiques. Il est important qu’elle partage ses avancées avec l’Afrique pour permettre au continent de dépasser le développement polluant traditionnel en faveur d’une croissance verte », a déclaré le Secrétaire général. « Et aussi, d’aider l’Afrique à s’adapter au changement climatique et à renforcer sa résilience aux impacts que les Africains ont si peu contribué à créer. »

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer