Fragile State Index 2016 : la Tunisie parmi les pays à risque...

Fragile State Index 2016 : la Tunisie parmi les pays à risque ?

0
PARTAGER

 Le Think Tank « Fund For Peace « et le magazine « Foreign Policy » créé par l’intellectuel controversé Samuel Huntington, auteur du fameux « choc des civilisations », publient dès 2005 le « Failed State Index », souvent traduit en français par « Liste des Etats en déliquescence », ou « Etats défaillants », ou encore « Etats en échec », établit un indice annuel caractérisant les Etats dans une situation de « fragilité » relative, et désigne généralement un dysfonctionnement des institutions étatiques se traduisant par une incapacité à remplir les tâches normalement dévolues aux États modernes, à savoir notamment le respect de l’état de droit. Un pays considéré en « défaillance » ou en « échec », est un pays qui a perdu une forme d’indépendance et d’autonomie, qui a perdu le monopole du pouvoir sur son territoire.

fragile-state-index-2016-tunisie

Cela se traduit par notamment un gouvernement faible ou fragilisé, une légitimité politique gouvernementale sans cesse remise en cause, une faible présence, voire une absence de services publics, une corruption généralisée, ou encore des déplacements de populations, une crise économique, des conflits. Cet indice est évalué à partir de 12 variables (4 indicateurs sociaux, 2 économiques, 6 politiques), d’une valeur de 1 (plus stable) à 10 (moins stable). La note globale va donc de 1 à 120. Les 12 indicateurs sont les suivants : Indicateurs sociaux : 1. Pression démographique, 2. Déplacements internes et mouvements massifs de réfugiés, 3. Cycles de violences communautaires, 4. Emigration chronique soutenue ; Indicateurs économiques : 5. Inégalités de développement, 6. Déclin économique, Indicateurs politiques : 7. Criminalisation de l’Etat, 8. Déclin des services publics, 9. Violation des Droits de l’Homme, 10. Déficit sécuritaire, 11. Fragmentation de l’élite, 12. Intervention extérieure. Dans « Fragile State Index » 2016, la Tunisie est classée 88ème des pays à situation la plus critique à égalité avec la Bosnie, juste après des pays comme l’Ukraine, la Chine, et juste avant le Maroc. Avec un indice de 74,6, elle se trouve inscrite dans la tranche « elevated warning » (précaution élevée), 5ème tranche sur un classement de 11 tranches (very high alert- high alert- alert- high warning- elevated warning- warning- stable- more stable- very stable- sustainable- very sustainable). Cette 5ème tranche inclut également des pays comme Israel, l’Inde, le Bénin, l’Algérie, la Géorgie, et la Turquie, entre autres. Les indicateurs les plus alarmants pour le pays selon ce rapport sont d’ordre sécuritaire et économique, mais il semblerait d’après ces chiffres que la mise en cause d’un délitement de l’élite et de troubles communautaires soient relevés. Pour information, le seul pays à qualification optimale est la Finlande, avec un indice inférieur à 20 et les mieux classés occupent d’ailleurs la même région, à savoir les pays nordiques (Suède, Norvège, Danemark), mais aussi les Pays-Bas, la Suisse et la Belgique. A noter que la France et les Etats-Unis occupent la même tranche, celle des « stable » avec l’Espagne, le Japon et le Royaume-Uni avec des indices compris entre 30 et 40 en moyenne. Il faut souligner qu’il n’y a pas de neutralité dans ce genre de classements, et que même si les auteurs de ces calculs indicatifs s’accordent sur de nombreux points, beaucoup d’estimations restent sujettes à débats et controverses. La notion d’état en « déliquescence » ou « état failli » est elle-même controversée, souvent utilisée pour légitimer une intervention de la communauté internationale, qui serait ainsi autorisée à « reconstruire » les États déficients.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire