Gilets jaunes
Un policier en civil vise avec son Lanceur de balles de défense (LBD), le 23 février 2019 à Paris, au cours d'une journée de mobilisation des "gilets jaunes" Photo Zakaria ABDELKAFI. AFP

France : l’ONU réclame une enquête sur « l’usage excessif de la force » contre les Gilets jaunes

La Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a réclamé à la France une « enquête approfondie » sur les violences policières qui ont eu lieu pendant les manifestations des « Gilets jaunes » depuis le mois de novembre.

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU se dit en effet préoccupée par la situation dans de nombreux pays confrontés ces derniers mois à des manifestations contre les inégalités et en faveur d’une amélioration des conditions socioéconomiques. Parmi les pays visés par l’organisme figure la France : « Même dans les Etats prospères, les gens se sentent exclus des avantages du développement et privés de droits socioéconomiques, ce qui entraîne aliénation, troubles et parfois violence », a fait valoir la cheffe des droits de l’homme.

Michelle Bachelet demande une enquête sur les « Gilets jaunes » en France

A cet égard, lors de son discours devant le Conseil des droits de l’homme, Mme Bachelet a souhaité que des enquêtes approfondies soient menées en raison des accusations de recours excessif à la force. « En France, les « Gilets jaunes » ont protesté contre ce qu’ils considèrent comme leur exclusion des droits économiques et d’une participation à la vie publique », a-t-elle indiqué, tout en encourageant le gouvernement à poursuivre le dialogue avec les représentants de ce mouvement social inédit.

Fin février, le commissariat aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe avait pour sa part demandé à la France de « mieux respecter les droits de l’homme », « ne pas apporter de restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique », et « suspendre l’usage du lanceur de balle de défense », rappelle le journal français Liébration. Le défenseur des droits Jacques Toubon avait également demandé à la même période de suspendre l’usage des LBD (Lanceur de balles de défense) en raison de leur « dangerosité » et des « risques disproportionnés » qu’ils font courir.

Depuis le début en France du mouvement de contestation des Gilets jaunes, l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a été saisie de 162 enquêtes. Plusieurs manifestants affirment avoir été blessés par des tirs de LBD, une arme qui suscite de vives controverses.

N.B., avec AFP et Libération

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer