Bassora

Fronde sociale en Irak : que se passe-t-il à Bassora ?

La colère sociale gronde dans le pays depuis juillet. Les forces de l’ordre de Bassora (sud de l’Irak) peinent à contenir la colère de la population contre la corruption des dirigeants, l’absence d’infrastructures et surtout le manque d’eau potable. De nouveaux heurts meurtriers sur fond de crise sanitaire d’envergure ont ainsi opposé, mercredi 5 septembre, forces de l’ordre et manifestants dans cette province du sud, où six manifestants ont trouvé la mort la veille.

L’annonce par les autorités centrales à Bagdad de nouvelles mesures de politique publique se montant à plusieurs milliards de dollars et visant à mettre fin à la crise sanitaire qui frappe cette région pétrolière du sud du pays n’a pas apaisé la colère des citoyens, qui a commencé à gronder il y a deux mois. Les habitants du sud du pays sont victimes depuis mi-août d’une pollution endémique de l’eau qui a conduit, selon les sources, 20 000 à 30 000 personnes empoisonnées à l’hôpital.

La fronde qui s’est soldée par la mort de six nouveaux manifestants à Bassora traduit ce qui est vécu comme une mise à l’écart par la population de l’extrême sud de l’Irak, ainsi que son exaspération devant l’impunité des dirigeants que les slogans dépeignent comme des personnages avides et privant le peuple des services publics de base. Le cheikh Raëd al-Freiji, du Conseil des tribus de Bassora, a estimé dans un récent entretien avec AFP que les dirigeants « ont perdu le contrôle de la rue parce qu’ils ont perdu sa confiance ». Aux élections législatives de mai 2018, c’est dans le sud du pays en proie à une crise sociale de plus en plus intense que l’abstention a été l’une des plus fortes.

« Province invivable »

L’extension à l’ensemble du sud du pays du mouvement de contestation lancé à Bassora avait incité le gouvernement à annoncer des plans d’urgence et des investissements d’infrastructure. Le Premier ministre Haider al-Abadi, qui tente aujourd’hui de conserver son poste en tentant de former une majorité avec le dignitaire chiite Moqtada al-Sadr, avait même fait le déplacement à Bassora, précise AFP. Pourtant, sur le terrain, les habitants assurent que rien n’a été entrepris par les responsables, en témoigne l’empoisonnement par l’eau de dizaines de milliers de personnes. « La province de Bassora est devenue invivable et les habitants estiment que la réponse des autorités n’est pas à la hauteur de la crise », déclare à l’AFP Fayçal Abdallah, du Conseil gouvernemental des droits de l’Homme. Son organisation, comme d’autres, réclame que Bassora soit déclarée province « sinistrée ». La frustration du peuple est d’autant plus vivace que le montant des revenus pétroliers bat chaque mois des records et a presque doublé en un an dans ce pays connu pour être le 12e le plus corrompu au monde et où les politiques publiques ne brillent pas par la fonction redistributive qui est censée être la leur.

Autre motif d’exaspération de la population de cette province frontalière de l’Iran et du Koweït : l’Etat fédéral et les autorités provinciales (dont le siège a été en partie incendié par les manifestants, indique AFP) ne cessent de se renvoyer la responsabilité des événements. Pour le cheikh Freiji, « dire qu’il y a une crise économique est une blague, les caisses sont la proie des voleurs. Je défie quiconque de me montrer un projet fini et au service du peuple. » AFP rappelle que le secteur substantiel des hydrocarbures, unique source de devises du pays, assure 89% des ressources budgétaire mais seulement 1% des emplois, les entreprises recourant généralement à la main-d’œuvre étrangère. Pire : les revenus de ce fructueux secteur énergétique n’ont pas été alloués à la mise à niveau des services d’acheminement de l’eau et de l’électricité. Les services existants, vétustes et déficients, ne font plus le poids face à l’exode rural et à la crise de l’agriculture victime de la sécheresse et de la pollution de l’eau.

Une crise aux origines lointaines

Dans un entretien accordé au site d’analyse géopolitique Atlantico.fr, Le chercheur à l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman) Roland Lombardi estime qu’il est important de garder à l’esprit que l’Irak est un pays meurtri depuis près de trente ans. « Dès l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en août 1990, qui provoqua la première intervention américaine, le pays a connu un embargo sévère jusqu’en 2003 (soit pendant plus de 10 ans) », rappelle-t-il. La seconde intervention américaine de 2003 et les désastreuses conséquences qu’elle a provoquées dans le pays et la région ont fait le reste. « Face à une guerre civile larvée depuis plus d’une dizaine d’années et malgré la victoire contre Daech, ‘le pays des deux fleuves’ demeure au bord du chaos. Actuellement, l’une des principales causes de l’état déplorable des infrastructures du pays, c’est, comme le rappellent si justement les slogans des émeutiers de Bassora, la corruption massive et endémique de la classe politique irakienne ainsi que l’incapacité de l’Etat fédéral et des autorités provinciales à assurer les services de base dans cette région mais également sur tout le territoire. »

Le chercheur tient également à souligner que les manifestations dans ce pays ne sont pas nouvelles : elles se multiplient depuis déjà des années. Visant toujours la corruption générale et le manque de services publics, elles tournent souvent à l’émeute et finissent par toucher l’ensemble du pays. « Comme par exemple, le grand mouvement de mai 2016 à Bagdad emmené par Moqtada al-Sadr », relève le spécialiste. Pour lui, la mise en place d’infrastructures « dignes de ce nom », notamment pour l’acheminement de l’eau et de l’électricité, nécessite « en priorité une refonte totale de la gouvernance du pays, surtout dans le domaine de l’intégrité des responsables politiques ». « Mais ça, nous en sommes encore très loin », dit-il.

Car Bassora est une zone de trafic où les rivalités tribales s’expriment couramment par des affrontements violents, parfois à l’arme lourde. Elle constitue de longue date une poudrière à laquelle les dirigeants politiques régulièrement accusés de corruption s’intéressent très peu. Le politologue Ouathiq al-Hachémi a expliqué à AFP que « à Bagdad, les politiciens sont plus préoccupés par leur siège et font preuve d’un égoïsme et d’un manque d’attachement à l’intérêt national et aux responsabilités qui leur sont confiées ». L’analyste attire également l’attention sur l’existence de « loyautés à l’étranger », dans un pays où de nombreuses puissances, en premier lieu l’Iran et les Etats-Unis, interviennent régulièrement.

Moqtada al-Sadr, homme de la situation ?

Homme politique indépendant, allié aux communistes et à certaines personnalités sunnites, tout en ne briguant pas le poste de Premier ministre, Moqtada al-Sadr pourrait bien être l’homme de la situation, celui sur qui pourrait reposer les bases d’un début de résolution de la crise. Lors des dernières législatives, la coalition du mouvement sadriste est la liste qui a remporté le plus de voix avec 54 élus sur un total de 329. Il vient en tout cas d’exiger des solutions « radicales et immédiates » pour mettre fin aux troubles à Bassora. Mais pour l’heure, la situation politique est bloquée. Depuis le 12 mai dernier, « la première réunion du parlement élu a été ajournée et les négociations pour la constitution d’une coalition gouvernementale se poursuivent. Les différents blocs doivent encore s’accorder sur les futures alliances pour enfin élire le président de l’Assemblée », explique Roland Lombardi. Dans ce contexte, estime le chercheur, si Sadr bénéficie certes d’un solide soutien populaire et du prestige de son nom, « son jeune âge et son manque d’influence auprès des grands acteurs traditionnels du pays comme les nationalistes d’Abadi ou du puissant PDK kurde de Barzani, l’handicapent grandement ». Toutefois, la peur d’un embrasement peut jouer en faveur de ce « héraut des manifestations passées anti-corruption » et lui donner plus de poids.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer