enquêteurs
Des manifestants marchant vers la barrière séparant Gaza d’Israël. La Commission d'enquête indépendante des Nations Unies sur les manifestations dans le territoire palestinien occupé a exhorté Israël à réviser ses règles d'engagement militaires/news.un.org.

Gaza : des enquêteurs de l’ONU demandent à Israël de revoir ses règles d’engagement militaire

Des enquêteurs nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies ont exhorté lundi Israël à revoir ses règles d’engagement militaires, à l’approche du premier anniversaire du début des manifestations organisées à la barrière séparant l’Etat hébreu de la bande de Gaza qui avaient causé la mort de dizaines de Palestiniens et blessé des milliers d’autres.

Le président de la Commission d’enquête sur les manifestations de 2018 dans les territoires palestiniens occupés, Santiago Canton, a expliqué que selon les règles d’engagement militaires israéliennes, les manifestants pouvaient « être touchés à tout moment dans la jambe ». En théorie, selon lui, « cela ne devrait être le cas que lorsque la foule constitue une menace imminente pour la vie, alors qu’en réalité, cela a été rarement le cas », explique l’ONU.

Graves violations des droits de l’homme

Les enquêteurs estiment avoir trouvé « des motifs raisonnables de penser que les forces de sécurité israéliennes ont commis de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ». Lors des manifestations de l’année dernière dans la bande de Gaza, appelées « la grande marche du retour et la levée du siège », 189 Palestiniens avaient été tués, dont 183 par des balles réelles, rappellent les Nations unies.

Parmi les victimes figuraient des enfants, des personnes handicapées – dont un double amputé tué par balle alors qu’il était assis dans son fauteuil roulant – des journalistes et du personnel médical. Moins de deux semaines avant l’anniversaire du début de ces manifestations, la Commission d’enquête appelle la communauté internationale à éviter que davantage de personnes périssent. « Il est important qu’Israël modifie les règles d’engagement et mette fin aux tirs », a exhorté M. Santiago lors d’une conférence de presse à Genève.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé lundi un appel de fonds de 5,3 millions de dollars pour aider les milliers de Gazaouis blessés lors des manifestations. « L’ampleur des besoins en matière de traumatologie à Gaza est immense. Chaque semaine, des patients blessés [ayant besoin] d’un traitement complexe à long terme continuent d’arriver dans des hôpitaux », a ainsi déclaré Gerald Rockenschaub, chef du bureau de l’OMS pour les territoires palestiniens occupés. L’organisation dit s’inquiéter des conséquences de l’anniversaire de la Grande Marche, le 30 mars, celle-ci pouvant faire de nouvelles victimes et augmenter encore le nombre de personnes nécessitant des soins.

N.B., avec ONU Info

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer