Gestion des flux migratoires : l’UE alloue 90,5 millions d’euros à la...

Gestion des flux migratoires : l’UE alloue 90,5 millions d’euros à la Tunisie, au Maroc et à la Libye

0
PARTAGER

La Commission européenne a annoncé le 6 juillet avoir alloué un budget de 90,5 millions d’euros au financement de trois nouveaux programmes relatifs à la gestion des flux migratoires aux frontières et à la protection des migrants en Afrique du Nord. « Trois nouveaux programmes en Afrique du Nord, d’une valeur de 90,5 millions d’euros, renforceront la gestion des frontières et protégeront les réfugiés et les migrants contre les trafiquants », précise un communiqué de la Commission. Celle-ci a également déclaré que les trois programmes compris dans le Fonds fiduciaire de l’UE pour l’Afrique accroîtront le soutien apporté par l’UE aux Etats d’Afrique du Nord dans le but de renforcer leurs capacités de gestion et de protection des frontières et de les aider à fournir des aides d’urgence aux réfugiés et aux migrants vulnérables.

Le Fonds, mis en place en vue de favoriser la stabilité et la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées, prévoit 55 millions d’euros pour le financement d’un programme de gestion des frontières au Maroc et en Tunisie. Il s’agit selon la Commission européenne de « sauver des vies humaines en mer », d’« améliorer la gestion des frontières maritimes » et de « lutter contre les passeurs opérant dans la région » et contre la contrebande en général.

D’autre part, 29 millions d’euros seront investis dans un plan d’aide à la protection des réfugiés et des migrants en Libye, en particulier « aux points de débarquement, dans les centres de rétention, dans les régions méridionales désertiques éloignées et en milieu urbain », peut-on lire dans le communiqué de la Commission européenne.

Enfin, Bruxelles injectera 6,5 millions d’euros supplémentaires dans le plan stratégique national marocain en matière de migration, adopté en 2014. « L’accès des migrants vulnérables aux services de base en sera facilité et la capacité des associations et organisations locales à fournir efficacement ces services s’en trouvera améliorée. Les organisations de la société civile mettront en œuvre ce programme », détaille le communiqué.

Les programmes seront gérés conjointement avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Ils cibleront en outre les initiatives visant à développer des opportunités économiques pour les migrants sur les marchés du travail des pays concernés. « Ces nouveaux programmes vont intensifier notre travail de gestion des flux migratoires de manière humaine et durable, en protégeant les réfugiés et les migrants tout en luttant contre les trafiquants et les contrebandiers », a affirmé la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire