Hommage à Ahmed Ben Arfa La Coopération Internationale : Une base de...

Hommage à Ahmed Ben Arfa La Coopération Internationale : Une base de compétences au service du développement.

1
PARTAGER

Ahmed Ben Arfa a assuré la conduite de la Coopération Internationale, au Ministère des Affaires Etrangères, de 1980 à 1994, maître d’œuvre de notre diplomatie économique, avant la création du Ministère de la Coopération Internationale, dont il prépara le cadre d’action et d’organisation et rédigea les statuts.

Il conduisit, également, le Secrétariat de suivi de la coopération tuniso-libyenne, pour le côté tunisien. Appelé à bénéficier de sa retraite, il n’en eut cure, en se lançant dans la direction de la Fédération des Transporteurs, au sein de l’UTICA, ainsi que la présidence du Conseil d’Affaires  tuniso-turque, qu’il créa au sein de cette organisation patronale.

Il anima, une pléiade de diplomates, pour la mise en œuvre d’une association des anciens ambassadeurs et consuls généraux, qu’il dirigea avec compétence, et mis son savoir pour éclairer, de ses conseils, la nouvelle direction du pays, dans cette phase délicate de sa transition.

Intervenant, sur la place médiatique, il n’a eu de cesse de  prodiguer ses conseils, quant à la conduite de l’action diplomatique et des choix fondamentaux de coopération, il s’assura de l’implication de ses anciens collaborateurs à l’animation des cercles diplomatiques et des institutions impliquées dans les domaines de la coopération internationale, dont l’Association des études internationales, l’Association des nations unies, et la coopération avec les associations d’études stratégiques impliquées, dans le domaine de la sécurité nationale.

A la coopération internationale, l’œuvre de Ahmed Ben Arfa  dans la conduite de nos projets aux niveaux régional, international, bilatéral et multilatéral est remarquable. Il contribua à la formation d’une pléiade de diplomates dont tous les postes s’arrachaient le cru, que ce soit dans nos représentations auprès des organisations internationales multilatérales à l’ONU, Genève, Vienne, l’OUA, la CEE, le bilatéral n’était pas moins à l’avant, de notre action, que ce soit sur les plans économique ou commercial, culturel, technique, financier, éducationel, sportif ou autre…

La coopération Internationale conduisait les négociations, qu’elle préparait avec les Ministères techniques concernés.

L’aide au développement, bilatérale et multilatérale étaient conduites avec les ambassades concernées, tout aussi bien qu’avec les représentations dans notre pays des institutions spécialisées des Nations Unies ainsi que des organismes spécifiques de coopération que certains pays donateurs ont mis en œuvre (américains, français, suédois, arabes….).

Ahmed Ben Arfa, conduisait sur tous les fronts l’équipe de ses collaborateurs, tout autant attachés à la mise en œuvre de ses directives, conseils et dont il défendait corps et âme l’évolution de carrière ainsi que leur affectation aux postes diplomatiques à l’étranger, répondant à leurs compétences.

Cheville ouvrière de l’implication de tous les secteurs et Ministères avec l’étranger, maître d’œuvre de l’action de nos Ambassades à l’étranger, qui sollicitaient constamment son appui à leur action.

Sollicité sans relâche par les Ambassadeurs des pays frères et amis, dans notre pays, interlocuteur privilégié des délégations étrangères en visite en Tunisie, il éclairait tous les centres de pouvoir, présidence, premier ministère, organismes spécialisés : API, APIA, CEPEX, UTICA, les organismes professionnels, GID, GIAF, OTD, Finance, Douane, Banque Centrale, Banques spécialisées…..

Un dynamisme caractérisait notre coopération, dont il a animé l’action avec nos partenaires, et attiré la considération à notre pays aux plans régional et international.

Visionnaire, il a su orienter l’intérêt sur les secteurs porteurs et l’innovation, intervenant énergiquement pour lever les obstacles qui entravaient  la réalisation des projets convenus.

Des programmes sont négociés pour élargir les horizons de notre coopération tout azimut.

Une panoplie d’instruments juridiques et institutionnels est mise en œuvre, dans le cadre des commissions mixtes générales, sectorielles et spécialisées.

Un creuset d’idées et d’actions auxquelles sont associés tous les départements et organismes intéressés, Ahmed Ben Arfa animait les négociations et arbitrait les différends, qui peuvent entraver la conclusion d’accords et de projets de coopération.

Aussi présent, à la centrale, que dans le cadre des négociations conduites à l’étranger, il imposait la présence efficace de la coopération internationale au service de nos intérêts nationaux. Une mise à contribution des départements spécialisés est assurée, préalablement à la conduite des négociations et à la conclusion des accords, en vue d’assurer leur adoption conformément aux normes réglementaires et constitutionnelles.

Mis à rude épreuve, au courant des dernières années, par la maladie, il s’est détourné des préoccupations personnelles, pour poursuivre l’action associative et conduire les initiatives diplomatiques et politiques, dans cette phase cruciale de la transition. Jusqu’au terme de ses jours, il ne se retira guère du combat qu’il menait sur tous les fronts au service d’une présence sur la scène de l’animation de la coopération et de notre diplomatie au service du développement et de l’enrichissement de cette phase de la transition, au service des intérêts supérieurs de la nation.

Abdelaziz Babacheikh

Commentaire

  1. Mon collègue et Ami Abdelaziz a mis en relief la haute contribution du très regretté Ahmed BEN ARFA à l émergence d une diplomatie innovante car prospective et dont le maître mot est la défense des intérêts de la Tunisie. Pour avoir été pendant longtemps un proche collaborateur de Sid Ahmed, je voudrais souligner l idée que notre Secrétaire d Etat se faisait au sujet de l efficacité que le Ministère des Affaires Etrangères devrait avoir en réunissant tous les Services Départementaux ayant des relations avec l extérieur et ce pour une plus grande coordination de toutes les initiatives et actions envisagées ou prises par d’autres Départements Ministériels intervenant sur le plan International. Sid Ahmed avait une ambition- à l instar d autres- un peu cachée mais combien présente dans ses initiatives de contribuer à l émergence d un » Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale » susceptible d éviter l éparpillement des intérêts de notre pays et surtout de parler d une seule voix lorsqu il s agit de traiter avec les partenaires étrangers où différents éléments sont mis sur la table et qui revêtent des caractères de multiples natures. Seul le Ministère des Affaires Etrangères a vocation à apprécier la GLOBALITE complexe des questions extérieures; les intérêts majeurs de notre pays ne pouvaient s accommoder d appréciations approximatives pouvant avoir des conséquences non souhaitées sur le plan de l image de la Tunisie. L expérience a démontré plus d une fois l inopportunité de mesures à impact collatéral préjudiciable à nos intérêts.
    Je ne peux omettre de dire tout le respect et toute la haute considération que vouaient tous ceux qui avaient collaboré de près ou de loin avec Sid Ahmed BEN ARFA. Que son âme repose en paix; ALLAH YARHAMOU WI NAAMOU.

Laisser un Commentaire