Venezuela

[Image de la semaine]

Les forces de sécurité vénézueliennes lors d’affrontements avec des partisans de l’opposition qui manifestent contre le gouvernement du président Nicolas Maduro à Tachira (Venezuela), le 23 janvier.

Les troubles qui ont éclaté lundi au Venezuela, sur fond de mouvements de protestation contre le gouvernement de Nicolas Maduro, ont fait 26 morts en quatre jours, a annoncé jeudi l’ONG Observatorio Venezolano de Conflictividad Social. « 26 personnes assassinées lors de mouvements de protestation », a déclaré cette ONG connue pour ses positions critiques envers le gouvernement de M. Maduro.

Le chaos est à son comble dans ce pays d’Amérique latine où, devant une foule compacte rassemblée à Caracas à l’occasion de la première grande manifestation contre le dirigeant du pays depuis mai 2017, le jeune président de l’Assemblée nationale, Juan Guaidó, investi le 5 janvier dernier et qui considère la réélection en 2018 du président Maduro comme illégitime, s’est proclamé « président responsable du Venezuela ». L’assemblée nationale est aux mains de l’opposition depuis décembre 2015.

Le même jour, 27 militaires de la garde nationale appellent à un soulèvement contre le président Maduro, séquestrent 4 soldats loyalistes et volent des armes de guerre dans un poste militaire situé à l’est de Caracas. Ils se dirigent ensuite vers la caserne de Cotiza (nord de Caracas), où ils tournent des vidéos appelant la population à désavouer la présidence de Maduro, à la déclarer illégitime et à les soutenir. Mais les militaires de Cotiza décident de rester du côté du gouvernement, tandis que des civils viennent manifester pour soutenir les insurgés. Les militaires insurgés sont arrêtés le jour même par les soldats loyalistes, et les manifestants civils dispersés par la police à l’aide de gaz lacrymogène.

Photo : REUTERS / Carlos Eduardo

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer