art contemporain
« En attendant Vénus » au musée du Bardo

[Interview] « En attendant Vénus » au musée du Bardo, une ode contemporaine à l’art antique

Cette exposition d’art contemporain intitulée « En attendant Vénus » a lieu en ce moment au musée du Bardo, jusqu’au 28 février. Un événement qui vise à valoriser le patrimoine tunisien tout en donnant la chance à des peintres tunisiennes et marocains d’exposer des œuvres qu’ils ont conçues spécialement autour du thème de l’amour et de la fécondité symbolisé par la déesse Vénus, dont plusieurs représentations existent déjà au sein de l’exposition permanente du musée du Bardo sous forme de mosaïques et de sculptures romaines. L’exposition a été organisée sous le patronage du chef de gouvernement et avec le concours du ministère des Affaires culturelles et du ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

Avec neuf femmes peintres tunisiennes – dont Michela Margherita Sarti, Houda Ajili, Amira Mtimet, Sadika Keskes ou encore Mouna Jemal Siala – et neuf peintres marocains – tous des hommes parmi lesquels Mohammed Elouanti, Driss Rahhaoui et Saïd Housbane -, dix-huit œuvres au total sont exposées. Le Diplomate Tunisien a rencontré Houda Ajili, peintre tunisienne, activiste culturelle, organisatrice et commissaire d’exposition qui a notamment séjourné à la Cité internationale des Arts de Paris en 2008-2009, et Michela Margherita Sarti, commissaire de l’exposition « En attendant Vénus », peintre et galeriste italo-tunisienne qui a participé à de nombreuses expositions collectives et a notamment été commissaire de la résidence d’artistes « Voyage de Meknès à Volubilis » à Meknès en 2018. Toutes les deux font partie des neuf artistes tunisiennes qui exposent actuellement leurs œuvres au Bardo pour cette exposition. Interview.

Le Diplomate Tunisien : Michela Margherita Sarti, vous êtes commissaire d’exposition qu’on associe souvent à l’art contemporain. Le choix de Vénus, symbole important de l’art antique, est-il un « retour aux sources » ?

Michela Margherita Sarti : Si j’ai choisi ce thème, celui de l’illustre déesse de la mythologie romaine Vénus, c’est en partie en raison de l’omniprésence de cette figure dans le musée du Bardo, que j’ai voulu en effet valoriser tout en l’actualisant, et aussi parce qu’il me passionne personnellement. Lors d’une résidence artistique que j’ai co-organisée au Maroc autour du site archéologique de Volubilis, ville antique berbère non loin de Meknès, j’ai pris conscience de l’importance de retourner à l’art antique pour insuffler un nouvel élan créatif chez les peintres d’aujourd’hui. Avec l’exposition actuelle, c’est donc un peu la même idée que je reprends, avec pour objectif d’opérer un mouvement de création collective d’œuvres personnelles d’inspiration intérieure créées par des peintres rassemblés dans un espace commun. Cela a été le cas pour les peintres marocains qui ont participé à l’exposition « En attendant Vénus » : nous les avons ainsi rassemblés dans une résidence artistique au Maroc pendant quatre jours pour qu’ils créent leurs œuvres. Il s’agissait pour chacun de nous d’exprimer l’idée intérieure qu’il se fait de Vénus.

Selon quels critères avez-vous choisi les artistes exposés ?

Michela Sarti : Lorsqu’on choisit de travailler dans le commissariat d’exposition, il faut bien sûr bien connaître la scène artistique à laquelle on s’adresse. Connaissant bien les peintres tunisiens et, dans une moindre mesure, ceux du Maroc où je me rends souvent, je me suis adressée à ceux dont la carrière, les œuvres, la technique et le professionnalisme conviennent le mieux à la conception de l’exposition que j’avais élaborée. Je me suis donc adressée à des artistes très différents les uns des autres, dont l’univers et le style sont singuliers et personnels, mais dont les travaux m’ont semblé à même de produire une harmonie d’ensemble.

Houda Ajili : Il faut aussi savoir que l’exposition « En attendant Vénus » a été spécialement conçue pour les peintres qui, en plus de répondre aux critères fixés par Michela, aiment travailler sur des toiles de grand format. Toutes les pièces exposées font deux mètres sur deux mètres afin qu’une cohérence et une harmonie se dégagent de l’espace réunissant nos tableaux. Mais on a aussi été guidés, pour élaborer nos œuvres, par la ligne directrice que nous a communiquée Michela dans un texte qui expose sa vision complète de l’événement. Elle nous a ainsi demandé de faire un voyageur intérieur « libérant nos cœurs des conditionnements, des préjugés des systèmes, de pensées parasitaires, de tous les obstacles » pour prendre la route de la création et de la redécouverte de l’amour, en faisant notamment renaître les enfants qui sommeillent en nous. A partir de là, libre à chacun d’extérioriser sa propre vision de l’amour éternel et passionné incarné par Vénus !

Parmi les éléments qui doivent conditionner cette cohérence d’ensemble, est-ce qu’une technique de peinture optant, par exemple, pour tel ou tel matériau, doit être utilisée par les artistes sélectionnés ?

Michela Sarti : Pas forcément, tous les procédés techniques de peinture sont les bienvenus et plusieurs artistes ont d’ailleurs opté pour des techniques mixtes associant l’acrylique à la peinture à l’huile, au glacis, au feutre, à l’aquarelle, au collage, etc. Plusieurs « mouvements » sont par ailleurs représentés. Moi, je me qualifie comme proche du courant du surréalisme. Mon univers est enfantin, et c’est peut-être moi-même l’enfant que je représente ! J’y trouve un refuge qui me permet de m’échapper de la réalité pour plonger dans le fantastique. J’aime représenter des univers imaginaires, créés. J’aime raconter des fables. Il m’arrive toutefois aussi de me saisir de la réalité, dans toute sa cruauté, car je me sens une artiste engagée. J’ai par exemple dédié il y a quelques années une exposition entière, organisée à la Maison des Arts du Belvédère, à un ensemble de tableaux dépeignant tous des enfants subissant les affres de la guerre.

« En attendant Venus » de Michela Margherita Sarti.
« En attendant Venus » de Michela Margherita Sarti.

Houda Ajili : Les artistes d’aujourd’hui refusent d’être enfermés dans des cases et nous évoluons tous au cours de notre carrière vers des courants nouveaux associant plusieurs sources d’inspiration auxquelles on apporte notre technicité personnelle et nos propres processus de symbolisation. D’habitude, ma peinture se situe entre l’abstrait et le figuratif et a pour but de représenter un monde rêvé tel que conçu par mes idéaux. Pour cette expo, j’ai élaboré une illustration de Vénus d’après une mosaïque déjà exposée au musée du Bardo, mais dont j’ai basculé les éléments, la revisitant totalement pour en extraire une Vénus personnelle et contemporaine. Beaucoup parmi nous se sont orientés vers des peintres éminents qui ont magnifiquement représenté Vénus, et les ont considérés comme des guides. Alia Derouiche Cherif, par exemple, a puisé pour sa création dans les talents conjugués de Sandro Botticelli et de William Bouguereau, deux peintres dont les « Vénus » sont des sommets de l’art classique. Nous nous voyons comme des continuateurs qui, inspirés par les plus grands peintres de l’histoire de l’art, restent toutefois ancrés dans leur contemporanéité, avec ce qu’offre le monde actuel comme nouvelles techniques de création, notamment numériques.

« La reine du cœur » de Houda Ajili
« La reine du cœur » de Houda Ajili

Propos recueillis par Nejiba Belkadi

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer