Italie : Matteo Salvini revendique une baisse de 80% des arrivées de migrants

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte s’est montré très critique jeudi vis-à-vis de la « concentration obsessionnelle » de Matteo Salvini sur le sujet de l’immigration.

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a affirmé jeudi que « son obsession » pour l’immigration avait débouché sur une baisse de 80 % des arrivées de migrants en Italie en une année. « De toute évidence, mon obsession a servi à quelque chose », s’est félicité Matteo Salvini, qui a présidé jeudi une réunion annuelle des directions de toutes les forces de l’ordre avant de donner une conférence de presse.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte avait critiqué jeudi la « concentration obsessionnelle » de Matteo Salvini sur le thème de l’immigration « réduite à la formule « ports fermés » », dans une lettre ouverte adressée au ministre. « La baisse de l’immigration est de 80 % sur un an, nous avons diminué le nombre des morts et des disparus, nous avons diminué le nombre de demandes d’asile en suspens », s’est pour sa part vanté Matteo Salvini, affirmant que les économies réalisées dans l’accueil d’étrangers serviraient à « embaucher 8000 hommes et femmes dans les forces de l’ordre ».

Obsession et des chiffres

« Je suis content de mon obsession », a dit Matteo Salvini devant la presse, ajoutant avoir été félicité pour ses efforts contre « l’immigration clandestine » par les gouvernements de nombreux pays, dont Israël, les Etats-Unis, le Brésil et l’Allemagne. Selon le rapport annuel du ministère de l’Intérieur rendu public jeudi, un total de 8691 migrants, dont 1119 mineurs non accompagnés, ont débarqué sur les côtes italiennes au cours des douze derniers mois (août 2018-juillet 2019), chiffre en recul de 80 % par rapport aux douze mois précédents.

https://www.facebook.com/salviniofficial/photos/a.10151670912208155/10156850015058155/?type=3&__xts__%5B0%5D=68.ARCIzkyjc7VLz4nG_bg1Bx8WaXU5uQa8C8cw_mn6wxPZ20aaDOMlhZ96VPP1bCJDdFgvYYI0Wf3Ahg7zESqsxEYPWNgCwx34PRrM1PVDnHROgbLMGvrKEE1c8NM9kwFWOle5Tzw9tro7ncJIbuZZlxUog9wSJx9r93fMtUyQBKWNLshfrYQvFeGtlpY-DCG_b1cziPxYJSdhFs10JHGxy_uQ0MAuGTCZ3udHSSckwKGgHpq2jGI9TQR7kgeqXDliESsanvalIA-1wGlf2nWsJMNQJxg9hn1zS4apjydNEb1FScfiLH59IW4sddTj3yf_meAbxtj32ouPOw_-WgEI&__tn__=-R

Ils sont arrivés sur des embarcations de Tunisie (36,8 %), de Libye (22,3 %), de Turquie (21 %), de Grèce (10,8 %) et d’Algérie (9,1 %). Fin juillet, ces migrants étaient au total 105 142 à se trouver en Italie, soit 34 % de moins qu’un an plus tôt. Leur accueil a coûté environ 500 millions d’euros au cours des douze derniers mois, contre 1,2 milliard entre août 2017 et juillet 2018. Les demandes d’asile (36 250) ont pour leur part reculé de 56 %.

Objectif 2020

« Nous nous reverrons l’an prochain », a également dit M. Salvini à la presse, insinuant par là qu’il sera toujours au gouvernement en août 2020 alors que vient d’éclater la coalition populiste au pouvoir. Il avait organisé cette année sa conférence annuelle à Castel Volturno, une station balnéaire aux mains de la Camorra (mafia de la région de Naples) et de la criminalité organisée nigériane, un haut lieu du trafic de drogue et de la prostitution, souligne l’AFP.

L’été dernier, Matteo Salvini s’était rendu en Calabre, à San Luca, le QG de la Ndrangheta (mafia calabraise). L’Etat italien a saisi ou définitivement confisqué des milliers de biens des mafias pour une valeur totale de 7,5 milliards d’euros en un an.

Avec AFP et 20 minutes

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer