Mohamed Gammoudi

[Jour pour jour] Il y a 50 ans, le coureur tunisien Mohamed Gammoudi arrachait une médaille d’or aux JO de Mexico

Mohamed Gammoudi, né en 1938 à Sidi Aïch, est une légende tunisienne du sport qui mérite d’être encore célébrée aujourd’hui. L’athlète tunisien, de son vrai nom Mohamed Tlili Ben Abdallah, spécialiste des courses de fond, s’est illustré il y a cinquante ans jour pour jour dans les Jeux olympiques de Mexico. Le 17 octobre 1968 en effet, il devint champion olympique du 5000 mètres. C’est le seul athlète tunisien à avoir remporté des titres olympiques jusqu’à Oussama Mellouli en 2008. C’est aussi le sportif tunisien le plus médaillé de l’histoire des Jeux.

Des Jeux méditerranéens 1963 aux JO 1964

Militaire de carrière, Gammoudi fait en 1961 un premier pas vers la consécration qu’il finira par arracher quelques années plus tard, en remportant sa première course officielle : le cross de l’armée. Il se spécialise d’abord dans le cross-country et, titillé par les conseils de son commandant et entraîneur Hassine Mamouda, décide de s’aligner sur le 5000 mètres. Il se fait remarquer aux Jeux méditerranéens de 1963 tenus à Naples où il offrit un spectacle époustouflant de performance, d’endurance et de rapidité sous les yeux de spectateurs internationaux, en remportant les 5000 et 10 000 mètres.

Sa tendinite chronique le maintient toutefois dans un relatif anonymat jusqu’à sa participation aux Jeux olympiques d’été de 1964 organisés à Tokyo. A ses côtés, le recordman australien en titre, Ron Clarke, qui, lors du dernier tour, finit par tenir à l’écart les plus redoutables de ses rivaux, sauf l’Américain Billy Mills et… Gammoudi ! Lors de la dernière partie de la course, Clarke et Gammoudi se succèdent en tête. « Sur ses talons, l’inconnu Mohamed Gammoudi surprend le monde et franchit la ligne d’arrivée en deuxième position après l’australien Clarke. Il offre à la Tunisie sa première médaille d’argent aux Jeux Olympiques et annonce le début d’une légende », écrit le Comité national olympique tunisien. En effet, sur les 50 derniers mètres, c’est Gammoudi qui mène la danse avant de se voir finalement dépassé par Mills qui arrache fièrement la médaille d’or.

Le surlendemain, le médaillé d’argent Gammoudi est qualifié pour le 5000 mètres mais, pour des raisons encore mystérieuses, ne se sentant peut-être pas prêt, se retire de l’ultime course finale.

Finale du 5000 mètres à Mexico

Surnommé dans la presse tunisienne l’« Homme aux semelles de vent », M. Gammoudi défend avec succès ses titres aux 5000 et 10 000 mètres pendant les Jeux méditerranéens de 1967 de Tunis, se présentant ainsi comme l’un des favoris pour les Jeux olympiques d’été de l’année d’après, 1968, à Mexico. A la finale du 10 000 mètres qui a pris place le 13 octobre 1968, Gammoudi est en tête durant quasiment toute la course, mais lors du dernier tour, la confrontation devient serrée entre trois coureurs de génie : Gammoudi, le Kényan Naftali Temu et l’Ethiopien Mamo Wolde. Ce dernier sprinte durant les derniers mètres et finit par dépasser Gammoudi, qui remporte la médaille de bronze.

Deux jours plus tard, le 17 octobre 1968, il y a pile 50 ans, Gammoudi se qualifie pour la finale du 5000 mètres où trois coureurs se retrouvent en tête durant le dernier tour : Gammoudi devançant Naftali Temu et un autre Kényan, Kip Keino. Sur un tempo fulgurant, Gammoudi remporte finalement la médaille d’or en 14 minutes et 5 secondes. Acclamé à son retour dans son pays, il est aussitôt élevé du grade de sergent à celui de lieutenant par le président Habib Bourguiba.

Aux JO de Munich de 1972, Mohamed Gammoudi chute à mi-course dans l’épreuve des 10 000 mètres et ne poursuivra hélas pas la course. Sa ténacité lui permettra toutefois, lors de l’épreuve des 5000 mètres, de remporter avec brio la médaille d’argent, en achevant la course derrière Lasse Viren, double champion olympique de cette édition.

« Compétiteur-né »

L’encyclopédie en ligne Universalis le décrit comme un « athlète spécialiste des courses de fond » qui « demeure considéré comme le meilleur athlète tunisien ». « Compétiteur-né, stratège et fin tacticien, il construisait ses victoires grâce à des finish redoutables et fut le premier des grands coureurs de fond à se focaliser uniquement sur la victoire et à se désintéresser totalement des records », écrit l’encyclopédie française.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer