Des journalistes de TF1 accompagnent en exclusivité les forces spéciales tunisiennes dans...

Des journalistes de TF1 accompagnent en exclusivité les forces spéciales tunisiennes dans leur traque des terroristes

0
PARTAGER

Durant la soirée du 23 juillet 2017, la chaîne française TF1 a diffusé un reportage sur les forces spéciales anti-terroristes en Tunisie donnant ainsi un aperçu exclusif de leur quotidien, leurs entraînements, leurs missions actuelles et même leurs opérations passées.
Le reportage part de l’idée que l’étau se resserre sur l’EI, en Irak et en Syrie, obligeant ses soldats à fuir davantage vers des zones plus sûres. Dans ce cadre, l’alerte a été donnée et Interpol a listé des dizaines de terroristes dangereux. Il a communiqué «l’identité de la centaine de terroristes soupçonnés d’avoir été entraînés pour mener des opérations suicides » aux services des renseignements européens qui a leur tour en ont fait part aux forces spéciales anti-terroristes, notamment en Tunisie.

Les journalistes de TF1 ont alors suivi l’USGN (l’Unité Spéciale de la Garde Nationale tunisienne) dans son quotidien, montrant le niveau de vigilance et les dispositifs sécuritaires dans notre pays. Des entraînements des snipers aux simulations d’attaques, en passant par les points de contrôle, TF1 a montré une Tunisie engagée entièrement dans la lutte anti-terroriste. « C’est la première fois que l’USGN accepte d’être filmée, un document rare… ». Les journalistes ont accompagné un commando « d’une trentaine d’hommes » dans la Banlieue de Tunis, traquant « des personnes soupçonnées de terrorisme ». Cette action a mené à l’arrestation « d’un rabatteur aux services des islamistes radicaux ».

Dans ces quartiers « plus de cinq cent hommes sont fichés pour radicalisme ». L’opération se poursuit. En une soirée, trois arrestations ont eu lieu. Dans le centre d’entrainement, « des opérations très complexes, un savoir-faire et des entraînements quotidiens sont nécessaires ». On fait usage des chiens dressés, d’armes et de véhicules , s’inspirant « de faits réels », notamment pour garder le niveau de performance à son maximum.

« En tout, plus de 700 hommes sont spécialisés dans la lutte contre le terrorisme ». Un membre de ces forces a indiqué que la révolution de 2011 et les attentats qui ont suivi ont motivé les unités spéciales pour augmenter le niveau. Dans la base de Bir Bouragba, l’élite a été suivie dans ses préparatifs. Les séances de tirs des snipers s’effectuent de jour et de nuit. D’après le Colonel-Major de l’USGN, ces snipers qui couvrent leurs collègues doivent s’armer de patience car « ils peuvent avoir à attendre durant des heures dans des conditions très difficiles ». « Depuis 2011, ces hommes ont participé à plus de 265 interventions anti-terroristes ».

Ces opérations et le dispositif sécuritaire qui se manifestent entre-autres via les points de contrôle fréquents, ont des échos positifs parmi les citoyens. Le reportage a aussi évoqué la lutte contre la corruption et la contrebande, l’une des sources principales du financement du terrorisme. Un cadre de la Garde Nationale a affirmé que « le commerce hors la loi va en parallèle avec le terrorisme ».
Selon le reportage, environ mille terroristes sont à appréhender, hormis ceux qui sont bien connus et fichés. Ces extrémistes ne constituent pas une menace pour la Tunisie seule, mais pour la région entière. Il est impératif que les forces sécuritaires tunisiennes continuent à bénéficier d’un soutien financier adéquat afin de mener à bien leurs missions au quotidien.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire