pape François

Kim Jong-un invite le pape François en Corée du Nord

Kim Jong-un a chargé le président sud-coréen de transmettre une invitation au Pape à se rendre en Corée du Nord, lors de la visite de M. Moon en Europe en octobre. La dernière visite du pape dans la péninsule remonte à 2014, en Corée du Sud. « Et s’il revenait, cette fois en Corée du Nord ? », commente AFP. Le dirigeant Kim Jong-un a en tout cas assuré que le pape François y serait « accueilli avec enthousiasme », selon la présidence sud-coréenne.

Le président sud-coréen Moon Jae-in, lui-même catholique, doit rencontrer le pape François au Vatican les 17 et 18 octobre. « Lors de sa réunion avec le pape François, il relaiera le mot du président Kim Jong-un selon lequel il accueillera avec enthousiasme le pape s’il vient à Pyongyang », a déclaré aux journalistes le porte-parole de Moon Jae-in, Kim Eui-kyeom.

« Jérusalem de l’Asie »

Lors d’un sommet intercoréen organisé à Pyongyang en septembre, le président sud-coréen était accompagné de l’archevêque sud-coréen Hyginus Kim Hee-joong. AFP rapporte que lors d’une conversation avec ce dernier, Kim Jong-un l’a exhorté à faire part au Vatican de son intention de vouloir construire la paix, selon la présidence sud-coréenne.

Si la liberté de religion est inscrite dans la Constitution nord-coréenne, toute activité religieuse est étroitement encadrée, voire totalement interdite en dehors de structures officielles contrôlées par l’Etat. Avant la division de la péninsule, Pyongyang était un centre religieux de première importance comptant de nombreuses églises et abritant une communauté chrétienne qui reçut le surnom de « Jérusalem de l’Asie ». Des liens aussi solides que discrets existent d’ailleurs entre les catholiques sud-coréens et les Nord-Coréens « à travers de nombreuses initiatives humanitaires sur le terrain », explique le journal français La Croix. En 2017, un diplomate nord-coréen expliquait à l’envoyé spécial de La Croix en Corée du Nord que « les organisations humanitaires catholiques font du très bon travail en Corée du Nord, elles sont sérieuses, efficaces et nous leur faisons confiance car elles sont plus honnêtes et sincères que d’autres grandes organisations laïques qui nous envoient des espions ». Un prêtre étranger, qui s’est rendu plusieurs fois en mission en Corée du Nord, a également assuré à La Croix « qu’ils savent très bien que nous sommes des prêtres », que « nous parlons religion avec les médecins » mais qu’il est « bien sûr formellement interdit de se lancer dans un quelconque prosélytisme ».

Le pape sensible à la réconciliation des deux Corée

Mais le fondateur et premier dirigeant du régime nord-coréen et grand-père de l’actuel « dirigeant suprême », Kim Il-Sung, estimait que la religion chrétienne était une menace sérieuse contre son régime autoritaire et « l’éradiqua au moyen notamment d’exécutions et d’internements dans des camps de travaux forcés », explique AFP. Cependant, le régime nord-coréen a depuis lors autorisé des organisations catholiques à mener des projets d’aide sur son sol, mais tout en n’entretenant aucune relation avec le Vatican.

Lors de sa visite en Corée du Sud en 2014, le pape François avait dit une messe spéciale à Séoul dédiée à la réunification coréenne.

« Habile stratégie diplomatique »

« Cette surprenante invitation du leader nord-coréen Kim Jong-un au pape François relève d’une habile stratégie diplomatique visant à donner de lui une image ‘d’homme de paix’ à la communauté internationale. Diabolisé depuis son entrée en fonction à Pyongyang, en décembre 2011, à travers ses essais nucléaires, Kim Jong-un a vu progressivement sa réputation de dictateur sanguinaire se métamorphoser en celle d’un dirigeant souriant, ouvert, prêt à dialoguer et à pacifier la péninsule coréenne toujours en guerre. Quoi de plus symbolique qu’une invitation au pape François qui incarne au niveau mondial la paix et le dialogue ? », commente pour sa part La Croix.

Interrogé lors d’une conférence de presse pour savoir si le pape comptait répondre positivement à cette invitation, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Greg Burke, a répondu : « Attendons que l’invitation arrive. »

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer